Projet immobilier : les frais de notaire baisseront en 2021

Les frais de notaire auraient dû diminuer en mai 2020. Toutefois, la crise sanitaire actuelle a repoussé l’entrée en vigueur de cette réforme. Cet arrêté est donc repoussé pour janvier 2021. Si vous avez un projet d’acquisition immobilière, vous pourrez profiter de la baisse des frais de notaire.

Un arrêté pour la baisse des frais de notaire

La baisse des frais de notaire était normalement prévue pour le mois de mai 2020. Cependant, la crise du coronavirus et l’état d’urgence sanitaire ont reporté la mise en vigueur de cet arrêté. En effet, la crise sanitaire a inévitablement impacté l’activité économique des notaires. Cet arrêté, découlant de la Loi Macron du 6 août 2015, a fixé le 28 février 2020 une baisse des frais de notaire sur tous les actes que ces professionnels du droit exercent. En réalité, il s’agit de la baisse de leur rémunération directe, soit de leurs émoluments. Le report de cette mise en vigueur a amené la création de l’arrêté du 28 avril 2020. Ce dernier prend la disposition de repousser l’entrée en vigueur du premier décret pour le 1er janvier 2021.

Quel est l’impact pour une acquisition immobilière ?

Vous devez savoir que les baisses seront également appliquées à d’autres actes notariés et notamment pour la mainlevée d’hypothèque qui reste dans le domaine de l’immobilier. En effet, si vous avez le projet de mettre votre maison en garantie avec une hypothèque, sachez que la baisse sera avantageuse pour vous. En effet, les prix appliqués dès le 1er janvier pour la mainlevée d’hypothèque seront de 78 € pour un capital hypothécaire inférieur à 77 090 € et de 150 € pour un capital supérieur à 77 090 €.

En ce qui concerne l’acquisition immobilière, selon le Conseil Supérieur du Notariat, la baisse globale des actes notariés au 1er janvier 2021 sera en moyenne de 1,9 %. Toutefois, les émoluments des notaires concernant les acquisitions immobilières seront fixés selon un barème de prix.

En effet, pour un achat compris entre 0 et 6 500 €, les émoluments de notaires seront refixés à 3,870 % contre 3,950 %. Une acquisition de 6 500 € à 17 000 € entraîne des frais de notaire de 1,596 % contre 1,627 %. De 17 000 € à 60 000 €, les frais seront de 1,064 % au lieu de 1,085 %. Pour une acquisition à un prix supérieur à 60 000 €, les émoluments seront à hauteur de 0,799 % et non plus 0,814 %.

De quoi sont composés les frais de notaire ?

Les frais de notaire représentent un certain pourcentage d’un prix de vente d’un bien immobilier. Toutefois, l’ensemble de cette somme ne correspond pas entièrement à la rémunération directe du notaire. Les frais de notaire sont également composés d’un ensemble de taxes versées à l’État et aux collectivités locales. En effet, le notaire collecte les frais et doit en reverser une partie au Trésor Public avec la TVA sur sa rémunération.

La somme totale que vous payez à un notaire est composée pour environ 68 % des taxes versées au Trésor Public pour l’État et les collectivités locales. Également, 15 % de la somme sont les débours qui sont les sommes avancées par le professionnel pour régler les différents intervenants et actes nécessaires pour la transaction immobilière. Enfin, 17 % de la somme correspond aux émoluments et donc à la rémunération directe perçue par le notaire pour la rédaction de l’acte de vente. C’est cette dernière partie qui va être amenée à baisser en 2021.

Le rôle et l’intérêt du notaire pour une transaction immobilière

Dans un premier temps, le notaire à un rôle de conseil. En effet, au moment de la rédaction du compromis de vente, il conseille le vendeur et l’acheteur sur les clauses qui peuvent potentiellement être insérées. Également, au moment de la lecture et la signature de ce document, il explique chaque termes aux parties afin que le vendeur et l’acheteur s’engage en pleine conscience de cause.

De plus, le notaire intervient pour établir les formalités préalables à la signature du compromis de vente. En effet, il doit vérifier la propriété et l’état hypothécaire d’un bien immobilier. Également, il se doit de vérifier l’identité de l’acquéreur et du vendeur. Il s’assure de purger le droit de préemption de la maison ainsi que d’obtenir un certificat d’urbanisme.

Pour finir, il authentifie, publie et conserve l’acte de vente officiel. Il représente une preuve concrète de propriété au bénéfice de l’acquéreur en publiant la transaction immobilière au service de publicité foncière.

Qui est en charge de choisir le professionnel ?

Selon l’article 1593 du Code civil, l’acheteur doit supporter seul les frais de notaire et de ce fait, c’est généralement lui qui fait le choix du notaire en charge de la rédaction de l’acte de vente authentique. Toutefois, il n’existe pas de réglementation concernant la partie qui doit prendre la décision. De ce fait, le choix du professionnel intervenant peut être fait par l’acquéreur ou par le vendeur, bien que ce soit plus souvent l’acheteur.