Pourquoi le dollar règne sur le monde et pourquoi son règne pourrait prendre fin

Pourquoi le dollar règne sur le monde et pourquoi son règne pourrait prendre fin
4.7 (93.85%) 39 votes



Le président Donald Trump veut un dollar américain plus bas. Il se plaint de la surévaluation de la monnaie américaine. Pourtant, a-t-il raison d'accuser d'autres pays d'une "manipulation monétaire"? La position du dollar américain sur la scène monétaire internationale n'est-elle pas une manipulation en soi? À quel point les États-Unis ont-ils bénéficié du rôle mondial du dollar et ce «privilège exorbitant» est-il en train de se terminer? Afin de trouver une réponse à ces questions, nous devons examiner le côté monétaire de la montée de l’empire américain.

Trump a raison. Le dollar américain est surévalué. Selon la dernière version du ÉconomistePar exemple, seules trois devises ont un rang supérieur au dollar américain. Cependant, la raison principale en est non pas la manipulation de la monnaie, mais le fait que le dollar américain constitue la principale monnaie de réserve internationale.

C'est à la fois une aubaine et une malédiction. C'est une aubaine, car le pays qui émet la principale monnaie de réserve internationale peut avoir des déficits commerciaux sans s'inquiéter d'une dette extérieure croissante. Comme la dette extérieure américaine est dans la propre monnaie du pays, le gouvernement peut toujours honorer ses obligations en matière d’étranger, car il peut produire toute quantité d’argent qu’il souhaite dans sa propre monnaie.

Cependant, le statut de réserve internationale vient aussi avec la malédiction que les déficits commerciaux persistants affaiblissent la base industrielle du pays. Au lieu de payer pour l'importation de biens étrangers avec l'exportation de la production nationale, les États-Unis peuvent simplement exporter de l'argent.

Suprématie américaine

La performance de l'économie américaine au 20ème siècle doit beaucoup au rôle prédominant du dollar américain dans le système monétaire international. Ce rôle est en grande partie attribuable à la suprématie politique et militaire acquise par les États-Unis après la Première Guerre mondiale. Encore aujourd'hui, la position du dollar américain dans le monde de la finance représente un élément essentiel de la prospérité de notre pays. et fournit la base pour l'expansion de la présence militaire américaine dans le monde entier.

Après chacune des deux guerres mondiales du XXe siècle, les États-Unis sont devenus le plus grand pays créancier, tandis que la guerre avait ruiné les économies des ennemis de la guerre et de leurs principaux alliés. Après la fin de la guerre froide, ce schéma connaîtrait une répétition. Les États-Unis, semble-t-il, ont été, depuis lors, la seule superpuissance restante.

Dans les années 90, le dollar a connu un nouvel essor et l’économie américaine a connu un rajeunissement magique. Cependant, cette fois-ci, les fondamentaux économiques et politiques ont beaucoup moins soutenu le rôle supposé du dollar dans le monde. Contrairement à la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, l’expansion mondiale du dollar dans les années 90 n’était pas fondée sur la force économique, mais sur la création de dettes. Le ratio de la dette publique, qui avait diminué depuis la fin de la guerre, a commencé à se redresser en 1982 et a augmenté depuis (Figure 1).

Figure 1: Ratio de la dette fédérale brute des États-Unis (dette en pourcentage du produit intérieur brut), 1940-2018. Source: US Bureau of Public Debt,

Avec cette création de dette, une nouvelle phase d’expansion mondiale du dollar est apparue. La propagation du dollar a servi de base à la performance économique et à la position militaire des États-Unis. Pourtant, cette fois, la nouvelle structure qui a émergé est puissante à l’extérieur mais fragile. Ce n'est pas la force économique qui fonde le rôle du dollar américain dans le système monétaire international, mais le rôle financier du dollar américain qui fournit aux États-Unis la base pour maintenir et étendre leurs activités à l'échelle mondiale.

Après 1919 et après 1945, les États-Unis ont émergé non seulement en tant que principal créancier international, mais également en tant que puissance industrielle majeure, mais ils sont devenus un débiteur international depuis les années 1980 et sont confrontés à un affaiblissement de leur base industrielle. En outre, contrairement aux guerres mondiales précédentes et aux autres conflits, les économies de la Russie, de l’Europe occidentale et de l’Asie du Sud-Est n’étaient pas en ruine à la fin de la guerre froide. En ce qui concerne leur capacité de production et leurs ressources financières, ces régions sont maintenant sur un pied d'égalité avec les États-Unis.

Pendant un certain temps, il est apparu que le système monétaire international apparu dans les années 90 pourrait être interprété comme une nouvelle version de l'ancien système de Bretton Woods, dont la structure prévoyait un rôle central du dollar américain dans l'après-guerre. Bien que les parallèles s’inscrivent dans la mesure où le système actuel offre des avantages similaires aux participants, la structure actuelle est encore plus imparfaite que le système plus ancien, qui s’est effondré en raison de ses contradictions internes.

Bretton Woods

À l'instar du système de Bretton Woods (), le système actuel () se caractérise par le rattachement des monnaies étrangères au dollar américain ou en utilisant le dollar comme devise de référence. Cette fois, ce sont principalement les pays d’Asie du Sud-Est, en particulier la Chine, qui pratiquent cette politique de manière informelle. Grâce à cet arrangement, ces économies d'Asie du Sud-Est bénéficient d'un avantage similaire à celui dont bénéficiaient les pays d'Europe occidentale lorsque leurs monnaies sous-évaluées leur donnaient un avantage concurrentiel leur permettant de reconstituer leur base industrielle après la Seconde Guerre mondiale. Une fois cette phase de reconstruction achevée, le système BW1 s'est effondré et les Européens ont commencé à mettre en place leur propre système monétaire. Le découplage des monnaies européennes par rapport au dollar a progressé pas à pas et a finalement abouti à l’introduction du dollar américain en 1999. À partir de maintenant, l’euro a la même taille que le dollar américain en termes de consommation intérieure, mais en tant que monnaie mondiale, et en particulier en tant que monnaie de réserve internationale, le dollar américain domine toujours majestueusement (graphique 2).

Figure 2: Parts des principales devises dans le système monétaire international. La source:

Principalement, les banques centrales de l'Asie du Sud-Est, principalement de la Chine, ont accumulé des dollars américains en tant que réserves internationales ces dernières années. Cependant, il ne fait aucun doute que leur volonté de financer les déficits américains et de conserver une monnaie affaiblie ne durera pas éternellement. Comme ce fut le cas en Europe auparavant, une fois que l'objectif premier de ces pays est atteint – un développement industriel basé sur les exportations à l'aide de monnaies sous-évaluées – l'Asie du Sud-Est se détachera du dollar.

Le système de Bretton Woods tel qu’il avait été mis en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale accordait un «» aux États-Unis lorsque le dollar devint le point de référence du système monétaire international après le. Alors que les autres pays membres fixaient leur monnaie au dollar américain et que le dollar américain fixait officiellement l'or à 35 dollars l'once troy, il semblait qu'une construction idéale soit trouvée pour éviter les perturbations monétaires internationales et pour fournir le cadre nécessaire expansion économique mondiale.

Le but était d'empêcher une production excessive de dollars américains par le gouvernement américain. Lorsque les pays étrangers affichaient un excédent commercial, ils étaient officiellement autorisés, en vertu de l’Accord de Bretton Woods, à échanger les dollars excédentaires en or du Trésor américain. Avec une parité stable entre le dollar et l'or, cela aurait limité la création de dollars. La France a pris l'accord à la lettre et a exigé de l'or des États-Unis au lieu d'accumuler des dollars en tant que réserves internationales. D'autres pays excédentaires tels que le Japon et l'Allemagne de l'Ouest se sont abstenus de cette option. Les taux de change restant compétitifs, le Japon et l'Allemagne de l'Ouest se sont lancés dans une stratégie de croissance tirée par les exportations qui a accéléré leur reprise économique et en a fait de nouveau une puissance industrielle.

Pour les États-Unis, le système BW1 prévoyait un privilège spécial et les États-Unis ne tardèrent pas à en abuser. Poursuivant l'objectif d'élargir l'État-providence parallèlement à des engagements militaires étrangers de plus en plus actifs, les États-Unis ont considérablement accru leur masse monétaire. L'écart a commencé à se creuser entre le stock d'or dans les coffres de la Réserve fédérale et les dollars en circulation dans le monde. Il est devenu évident que le gouvernement des États-Unis n'avait plus les moyens de respecter l'accord initial prévoyant que les devises étrangères puissent être échangées contre de l'or. À la fin des années 1960, la pénurie de dollars des années 1950 était devenue une surabondance de dollars. L'inflation mondiale des prix a commencé à augmenter.

À l'origine dans le traité BW1, il était stipulé que la modification des parités monétaires devait être une exception plutôt qu'une règle. Cependant, au cours des années 1960, le système monétaire international est entré dans une phase de grande instabilité lorsque la fixation et le re-fixage des devises au dollar sont devenus une préoccupation majeure. Le système monétaire pervers qui a émergé a créé une aubaine pour les spéculateurs de devises. Les candidats à la réévaluation du taux de change – tels que l’Allemagne ou le Japon – étaient faciles à identifier. En contractant un emprunt en dollars et en convertissant l’argent à taux fixe en marks allemands ou en yens japonais, puis en déposant le montant, on pouvait utiliser un effet de levier et garantir des bénéfices lors de la réévaluation des devises étrangères – car il n’était pas difficile de le faire. prévoir. Le risque était minime et se limitait en grande partie à supporter le coût du différentiel de taux d'intérêt entre le taux de l'emprunt en dollars et celui du taux des dépôts sur les marchés monétaires allemand ou japonais.

Longue vie au dollar

À la fin des années 1960, le système monétaire international s'était métamorphosé en une source de création de liquidités mondiale provenant des États-Unis mais obligeant également d'autres pays à importer cette inflation. Les banques centrales luttant contre l'inflation, telles que la Bundesbank allemande, ne pouvaient appliquer efficacement les instruments restrictifs. Étant donné que le différentiel de taux d'intérêt était le principal facteur de risque des spéculateurs sur les devises, une politique monétaire restrictive prévoyant des taux d'intérêt plus élevés dans le pays candidat à la réévaluation attirerait encore plus d'argent liquide et rendrait la spéculation encore moins risquée. Les banques centrales à l'étranger, en particulier la Bundesbank allemande et la Banque du Japon, ont accumulé massivement des dollars américains en tant que réserves internationales en maintenant leurs taux de change fixés au dollar à une parité sous-évaluée. Pourtant, en achetant l'offre excédentaire de dollars américains avec leur propre monnaie, ces pays ont élargi leur propre base monétaire et jeté les bases de l'inflation chez eux.

En 1971, avec le soi-disant "," une dernière tentative a été faite pour sauver l'ancien système lorsque les États-Unis ont dévalué leur monnaie par rapport à l'or et à une série d'autres monnaies. Cependant, peu après, il devint évident qu'il n'y avait aucune chance de reprise pour l'ancien régime. En 1973, avec l’adoption de la nouvelle règle selon laquelle chaque pays peut choisir son propre arrangement monétaire, le système de Bretton Woods est officiellement déclaré mort.

Depuis lors, le dollar américain est entré dans une longue baisse, interrompue par deux épisodes. Sous la présidence Reagan, la guerre froide est entrée dans sa dernière phase et le dollar est devenu la monnaie de refuge pendant un certain temps. La victoire américaine dans cette bataille est apparue comme une répétition des terminaisons de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis émergeant pour la troisième fois au sommet du monde. Dans les années 90, la triade de la domination mondiale semblait bien en place pour les États-Unis: une puissance militaire sans égale, une économie florissante et novatrice et le statut d'émetteur incontesté de la monnaie mondiale. Le dollar américain a connu une autre période de vigueur. Depuis 2002, toutefois, la tendance à long terme à l’affaiblissement du dollar a été rétablie, interrompue par des pics plus faibles des vagues de vigueur (voir la figure 3).

Figure 3: Indice du dollar américain, 1965-2019. La source:

Le dollar et la politique étrangère américaine

Dans les années 90, la politique monétaire des États-Unis est devenue un instrument d'une grande entreprise géostratégique. Le mouvement néoconservateur a pris pour acquis cette constellation telle qu’elle était apparue dans les années 1990 et a mis en œuvre une politique fondée sur une philosophie qui prenait avec une confiance presque religieuse qu’il était du devoir et du droit des États-Unis d’être l’hégémon du XXIe siècle. Contrairement à ce qui s’est passé après les deux guerres mondiales, le reste du monde, à l’exception des États-Unis, n’est pas tombé en ruine. Après les deux guerres mondiales, c’est la base industrielle américaine qui a jeté les bases du rôle du dollar américain, mais c’est maintenant la supériorité de la base industrielle américaine qui a fourni la base du rôle mondial des États-Unis à ses États-Unis. appétit insatiable pour la consommation privée et publique. Le sous-jacent actuel du jeu de suprématie géostratégique des États-Unis repose sur le dollar américain, qui est la principale monnaie de réserve et de commerce international. C’est un système sans fondement approprié, semblable aux traditions qui perdurent, même lorsque les raisons de leur existence ont disparu.

Changement de la garde

La politique monétaire facile des États-Unis a accéléré la désindustrialisation chez eux et favorisé leur industrialisation à l'étranger (principalement en Chine et dans le reste de l'Asie du Sud-Est); cela a créé une situation qui contraste vivement avec la fin de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Avec le nouveau système BW2, les États-Unis ne sont plus le principal créancier avec la base industrielle la plus large, mais sont devenus le plus gros débiteur international. La politique impériale nécessite une politique monétaire expansive, ce qui se traduit par des déficits commerciaux toujours élevés et une détérioration de la situation des investissements extérieurs (graphique 4).

Figure 4: Bilan des investissements internationaux des États-Unis, 1976-2019 (en millions de dollars US). La source:

Être l'émetteur d'une monnaie mondiale procure d'énormes avantages, qui viennent avec une malédiction. Les possibilités de consommation privées et publiques accrues découlent du privilège d'obtenir des marchandises de l'étranger sans qu'il soit nécessaire de produire une quantité équivalente de marchandises exportables. Alors que d’autres pays doivent exporter pour payer leurs importations, le souverain qui émet une monnaie mondiale n’est pas tenu de respecter la loi la plus fondamentale des échanges économiques. Cela libère les ressources nationales pour l'expansion de l'État, en particulier le pouvoir militaire. Plus une puissance impériale de ce type étend sa présence militaire, plus sa monnaie devient une monnaie mondiale et de nouvelles étapes d'expansion peuvent ainsi être financées. L'expansion devient une nécessité.

Au fil du temps, toutefois, la divergence s'accentue entre la base industrielle affaiblie chez nous et le rôle mondial élargi. Avec des marchandises en provenance de l'étranger pour lesquelles il n'y a pas de besoin immédiat de payer avec sueur et effort, la culture nationale change d'une éthique de la production à l'hédonisme. Le copinage de la corruption rampante sape le système politique. Avec des ressources libérées à cause des importations, la production de biens à domicile passe à des activités fantaisistes. Le cycle de "panem et circenses"a été le destin de tous les empires.

La position mondiale actuelle des États-Unis est similaire à celle de leur période de déclin. Déjà économiquement creuse, l'Espagne tentait désespérément de s'accrocher à ses avant-postes et à ses "biens" dans le monde entier, tandis que l'économie nationale se métamorphosait en une économie de service public et militarisée. En fin de compte, les États-Unis ont donné la coup de grâce à l'empire espagnol en enlevant Cuba, Porto Rico et les Philippines. Une nouvelle phase d'expansion et de domination géographique des États-Unis a commencé et en 1898, les États-Unis étaient en passe de devenir la puissance impériale du XXe siècle.

L’histoire, et en particulier l’histoire économique, montre toujours les deux: des traits communs et des différences et, en effet, l’empire américain est différent de certains des anciens empires. Pourtant, ce que les États-Unis ont en commun avec les anciens États impériaux, c'est qu'à un moment donné l'extension militaire devient trop complexe pour être traitée efficacement et devient donc trop coûteuse.

Le décalage entre la position relative de l’économie américaine dans le monde d’une part et la position relative des États-Unis en ce qui concerne leur présence militaire et le rôle du dollar américain de l’autre tend vers un point de rupture. Cela nous amène à la conclusion que dans un monde où la force économique des États-Unis diminue par rapport à celle d'autres pays et régions, le privilège du dollar américain aura de moins en moins de place.

À la différence des facteurs qui justifiaient l’annonce de la chute du dollar en 2007, la monnaie américaine a connu un nouveau printemps en raison de la crise financière de 2008. Peu de place pour les abris, le dollar américain a servi de refuge . Il reste à voir si ce sera également le cas lors du prochain désastre financier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*