La place des femmes dans l’économie

Free-Photos / Pixabay
La place des femmes dans l’économie
4.5 (89%) 20 votes

Les gains des femmes restent inférieurs à ceux des hommes

Les gains des femmes restent inférieurs à ceux des hommes dans le monde entier. Dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, les salaires des femmes représentent environ 30 pour cent de ceux des hommes, 40 pour cent en Amérique latine et en Asie du Sud, 50 pour cent en Afrique subsaharienne et 60 à 70 pour cent en Asie orientale et dans les pays développés. En 2009, 134 pays ont été évalués sur la base de cinq indicateurs de performance économique qui montrent que le Moyen-Orient présente le plus grand écart entre les sexes en termes d’opportunités économiques (The Global Gender Gap Report 2009).

Les données en provenance des pays développés confirment la possibilité d’attentes économiques équitables. Selon Building Gender Balanced Business, aux États-Unis, les femmes prennent 80 % des décisions d’achat de biens de consommation ; au Canada, les femmes lancent 70 % des nouvelles petites entreprises ; au Royaume-Uni, les femmes détiendront 60 % de toute la richesse personnelle d’ici 2025 ; dans le monde, on compte plus de millionnaires femmes âgées entre 18 et 44 ans que d’hommes. Mais les données actuelles recueillies par les Nations Unies sur les économies en développement, en transition et déchirées par les conflits indiquent que les femmes sont encore marginalisées. Ils sont soit absents, soit mal représentés dans les décisions économiques et l’élaboration des politiques.

La formulation d’une politique appropriée et non sexiste sert de cadre pour soutenir une gouvernance équilibrée, efficace et de bonne gouvernance. Elle sert de catalyseur d’une croissance économique saine et d’une interaction convaincante entre les trois secteurs de la société : le secteur public, le secteur privé et les entreprises. La plupart des femmes n’ont pas un accès équitable aux actifs, au crédit, au capital ou aux droits de propriété (International Center for Research on Women). C’est pourquoi des politiques efficaces et non sexistes sont nécessaires.

A Chisinau, en Moldavie, Tatiana Batushkina, fondatrice et directrice du Centre international pour la promotion de la femme en affaires, a de nombreuses préoccupations politiques. Il s’agit notamment de créer un environnement dans lequel les femmes peuvent interagir les unes avec les autres, connaître tous leurs droits dans la société, partager les préoccupations écologiques, résoudre les obstacles économiques et éliminer la résistance du public aux femmes en affaires. Jeddah, en Arabie saoudite, la préoccupation politique numéro un de Bayan Mahmoud Zahran, fondateur et directeur du Women’s Committee for Legal Change, est de répondre à la question suivante : ” Comment peut-on améliorer les connaissances économiques et la conscience juridique pour atteindre un sommet de la justice ? En tant que propriétaire d’entreprise en Ukraine, Elena Baryshnikova se concentre sur l’assouplissement de la réglementation commerciale restrictive. Elle est fondatrice et directrice de Lex-Service Audit à Sébastopol, Ukraine, et de Business Education Alliance (www.bea.com.ua) à Kyiv, Ukraine.

Progrès dans la réduction de l’écart entre les sexes

Il y a des signes d’espoir. Sur les 115 pays couverts dans le rapport du Forum économique mondial de 2009, plus des deux tiers ont enregistré depuis 2006 des gains dans l’indice global de l’écart entre les sexes, ce qui indique que le monde, en général, a fait des progrès pour réduire les inégalités.

La participation des femmes au secteur privé dans les grandes et petites entreprises, formelles et informelles, est un moteur économique crucial pour les sociétés – partout dans le monde. “Nino Elizbarashvili, présidente de l’Association géorgienne des femmes d’affaires à Tbilissi (Géorgie), s’est interrogée sur l’autosuffisance économique. La sécurité économique peut avoir des effets bénéfiques sur tous les aspects de la vie d’une femme et se manifester de multiples façons, notamment par des effets positifs sur la santé, l’éducation et la vitalité des familles, la liberté de consommer et de produire et la possibilité de contribuer plus pleinement aux transformations civiques et politiques.

Au Kurdistan, Suzan Aref, directrice de la Women’s Empowerment Organization (www.womenempowerment-iraq.com/index.htm), s’est demandé : ” Pourrions-nous, en tant que femmes, briser d’autres barrières ? Comment pouvons-nous mieux promouvoir la sécurité, les droits des femmes en tant que droits humains, l’équité entre les sexes, la participation politique et l’engagement économique ?” Une mesure spécifique consiste à combler l’écart entre les sexes par l’autonomisation économique et l’éducation des femmes en favorisant l’inclusion des femmes dans les activités économiques à l’école primaire. D’autres solutions sont les suivantes : les lois doivent être réformées, les pratiques d’attribution des terres modifiées, l’accès à la justice amélioré et les obstacles à l’entrée sur le marché éliminés. Les avantages économiques de la réduction des obstacles à la participation des femmes au marché du travail sont considérables ; comme l’indique le Global Gender Gap Report, entre 2006 et 2009, sur 115 pays étudiés, 98 (85 %) ont amélioré leur performance. Lorsque les femmes acquièrent l’accès aux ressources économiques et le contrôle de celles-ci, elles augmentent leur productivité et leurs revenus. Leur capacité de nourrir, d’habiller et d’éduquer leur famille s’en trouve accrue.

Les questions économiques des femmes sont vastes et la liste des obstacles politiques à surmonter est longue. Si nous voulons vraiment vivre dans des sociétés équitables, nous devons agir en ce moment. À l’heure actuelle, la politique est la priorité absolue. Que la politique soit décidée publiquement ou dans une chambre gouvernementale isolée, le fait est que la politique est essentielle pour déterminer l’orientation de notre monde. Les voix des femmes doivent être entendues pour transformer et améliorer les conditions économiques actuelles. Pour promouvoir le progrès, les secteurs public, privé et des entreprises du monde entier doivent s’unir dans des programmes politiques réalisables pour assurer un avenir équitable.

Susanne E. Jalbert est une militante économique de premier plan et l’architecte du programme des Centres irakiens de développement des petites entreprises. Elle se fait la championne du renforcement des capacités des associations de femmes d’affaires dans le monde entier. Elle publie et donne fréquemment des conférences sur le rôle et l’impact des associations d’affaires, des femmes entrepreneurs, des campagnes de lutte contre la traite des personnes et des programmes d’expansion entrepreneuriale.

Gardez l’objectif en vue

M. Olayan, membre du Conseil du commerce international du Forum économique mondial, a déclaré que les Saoudiens et les Saoudiennes qui souhaitent créer une entreprise en Arabie saoudite – ou ailleurs – devraient d’abord faire leurs devoirs.

“Il faut avoir un objectif et mesurer sa progression. Vous feriez mieux d’avoir tous les ingrédients nécessaires et de connaître tous les ingrédients pour réaliser votre plan “, dit-elle. “Vous devriez le mesurer régulièrement au cas où vous seriez distrait. Ramène-toi…. et concentre-toi.”

La poursuite de sa carrière, depuis qu’elle a rejoint Morgan Guaranty à New York en 1983 jusqu’à aujourd’hui, est l’une des marques du succès de Olayan. “Quand on est passionné par quelque chose, il faut en faire un succès et être fier du succès que l’on en a tiré “, dit-elle.

Malgré tout, ce qui rend Olayan très heureuse est beaucoup plus proche de son cœur. “En fin de compte, même si je suis fier de beaucoup de choses, je suis plus fier de mes trois filles que de quoi que ce soit.”

Scott Bortot est rédacteur au Bureau des programmes d’information internationale du département d’État.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*