Inde: “Le futur pôle d’investissement du monde”?

Inde: “Le futur pôle d’investissement du monde”?
4.3 (85.19%) 27 votes


L’avenir de la profession d’investisseur pourrait-il être en Inde?

Du point de vue de The City ou de Wall Street, cela peut ne pas sembler être le scénario le plus probable. Mais cela vaut la peine d’être envisagé – et de s'y préparer. En effet, parmi les nombreuses publications à retenir de la récente rapport de la était cette citation intrigante:

““

Le rythme effréné de est à peine un. Sa classe moyenne, de plus en plus prospère et connectée, ne l’est pas davantage. Pas plus que les vents contraires auxquels sont confrontées les capitales mondiales de la finance en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et en Europe occidentale.

Données de Professionnel de l'investissement du futur souligne ces défis et opportunités. Cueillies dans des tables rondes du secteur et dans une enquête mondiale auprès de près de 4 000 membres et candidats du CFA Institute, entre autres sources, ces données fournissent une image convaincante du paysage futur des investissements et de certaines des caractéristiques qui pourraient en venir à le dominer.

Selon une étude de Mercer commandée par le CFA Institute, le nombre total de professionnels de l'investissement de base devrait atteindre 1,2 million d'ici 10 ans, contre 1,05 million fin 2018. Cette augmentation constitue un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 1,5%. Mais où se produira cette croissance? Un TCAC de 0,9% est prévu aux États-Unis, 1% au Royaume-Uni, 2,3% en Chine et 2,9% en Inde.

Cela signifie que dans 10 ans, il y aura 9% de professionnels de la finance supplémentaires aux États-Unis et 10% de plus au Royaume-Uni qu'aujourd'hui. Comparez ces chiffres à ceux de la Chine et de l'Inde – 26% et 33%, respectivement – et la conclusion est claire:

L'axe de la finance mondiale est en train de se déplacer vers l'est.

Mais approfondissez l'analyse dans Professionnel de l'investissement du futur et il est facile de devenir encore plus optimiste quant à l’avenir de l’Inde en tant que pôle financier potentiel du monde. Il est clair que les tendances anticipées au cours des 10 prochaines années pourraient s’accélérer par la suite.

Le rapport note en quoi la technologie transforme le secteur de l'investissement et que l'apprentissage par machine, les méthodes d'intelligence artificielle (IA) et les données alternatives pour la construction de portefeuilles, en particulier, sont considérés comme des éléments particulièrement déterminants pour l'évolution de cette transformation. L'Inde pourrait être particulièrement bien placée pour en tirer profit. «Le système éducatif indien – notamment les Instituts indiens de technologie (ITI), dotés de campus à travers le pays – a produit un flux constant d’ingénieurs compétents», indique le rapport. Et les entreprises d’investissement internationales les embauchent. Les opérations indiennes représentent également déjà entre 10% et 20% de la main-d'œuvre de ces entreprises internationales, selon les participants au Professionnel de l'investissement du futur tables rondes.

Déficit ou prérequis en compétences?

Certes, l’ascension de l’Inde au centre prééminent de la finance mondiale n’est nullement assurée. Et le rapport évoque un décalage potentiel entre les compétences développées par les Indiens et celles requises par l'industrie. C'est ce que suggère le rapport, les Indiens pourraient avoir un excès de poids dans les technologies et éventuellement créer un déficit de compétences non techniques.

Professionnel de l'investissement du futur demande aux dirigeants de l’industrie de quoi faire au cours des cinq à dix prochaines années. Et les compétences techniques occupaient la quatrième place (14%), après les compétences générales (16%), les compétences en leadership (21%) et les plus recherchées (49%), les compétences dites en forme de T, qui incluent fluidité / adaptabilité de la situation et capacité à se connecter entre disciplines.

Toutefois, pour ceux qui ont une vision à long terme, cette mise en garde pourrait en réalité renforcer les arguments en faveur du potentiel de l’Inde pour dominer la finance dans les années à venir. La section du rapport a identifié les compétences techniques comme étant les plus essentielles au début de la carrière dans la finance. Ces compétences peuvent donc être la clé pour accéder au secteur, tandis que les compétences en forme de T aident à garantir la progression de la carrière et la longévité. Les personnes qui associent technologie et flexibilité, qui investissent en permanence dans de nouvelles compétences et sont capables de se réinventer, atteindront le sommet du secteur. Et il y a fort à parier que, parmi le «nombre d'ingénieurs compétents» en Inde, figurent nombre des principaux architectes de l'avenir du secteur financier. Ils ont déjà une longueur d'avance.

En résumé, les forces de l’Inde dépassent largement ses déficits et avec sa population nombreuse, de plus en plus instruite et de plus en plus prospère, elle est sur le point de renforcer son rôle dans l’investissement mondial dans les décennies à venir. Et les jeunes et futurs professionnels de la finance voudront peut-être y prêter attention.

L’avenir de la profession d’investisseur pourrait ne pas être centré sur New York et Londres, mais plutôt sur Mumbai, Delhi et Bangalore.

Si vous avez aimé cet article, n'oubliez pas de vous abonner à la .


Tous les messages sont l'opinion de l'auteur. En tant que tels, ils ne doivent pas être interprétés comme un conseil en investissement, et les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du CFA Institute ou de l’employeur de l’auteur.

Crédit image: © Getty Images / Vikram Singh, photographe Nature and Concept,


Formation continue pour les membres du CFA Institute

Certains articles sont éligibles pour un crédit de formation continue. Enregistrez facilement des crédits en utilisant l’application CFA Institute Members, disponible sur et.

Paul McCaffrey est l'éditeur de Investisseur entreprenant au CFA Institute. Auparavant, il était rédacteur au H.W. Wilson Company. Son écriture est apparue dans Planification financière et DailyFinance, parmi d’autres publications. Il est titulaire d'une licence en anglais du Vassar College et d'une maîtrise en journalisme de la Graduate School of Journalism de la City University of New York (CUNY).