Critique de livre: Les fonds négociés en bourse et la nouvelle dynamique de l'investissement


. 2016..

Les fonds négociés en bourse et la nouvelle dynamique de l'investissement traite de sujets d'intérêt pour presque tous les investisseurs – à savoir l'essor de l'investissement passif et la croissance rapide des fonds négociés en bourse (FNB). L'ouvrage montre à travers de nombreux exemples que l'investissement passif implique des choix actifs et que la sélection d'un investissement individuel pour atteindre les objectifs d'un portefeuille dans des paramètres de risque établis a clairement sa place dans l'investissement passif.

Le livre aborde une mission à plusieurs volets: fournir une compréhension de la structure des ETF, montrer en quoi ils diffèrent des fonds communs de placement indiciels, détailler leurs performances sur des marchés en crise, illustrer comment les utiliser dans des stratégies actives et gérer questions de politique publique liées au risque systémique et à l'impact des flux passifs sur les marchés sous-jacents.

Le livre est soigneusement divisé en cinq parties. Les chapitres sont bien structurés et documentés, avec de nombreuses barres latérales intéressantes, ainsi que des graphiques et des tableaux. Chaque chapitre fournit des leçons claires sur lesquelles les lecteurs voudront prendre des notes. L'auteur Ananth Madhavan, une praticienne ayant une vaste expérience des affaires et du monde universitaire, enrichit le texte de passages techniques et mathématiques. Il indique que le lecteur peut les ignorer, mais je ne suis pas d'accord. Je considère ce matériel essentiel à la compréhension de concepts importants, tels que l’écart du prix du FNB par rapport à la valeur liquidative (VNI), l’autocorrélation, les écarts de suivi et les écarts de suivi, voire la diversification.

«Investissement passif» (Partie I) décrit le paysage de l'investissement à la lumière de la montée de l'indexation et souligne l'importance de l'analyse comparative. La discussion sur les structures et les mécanismes des FNB aborde des questions fréquemment négligées, telles que le rôle des participants autorisés, le mécanisme de création / rachat, l'arbitrage qui souligne la différence entre valeur et prix, les transactions en nature et l'efficacité fiscale. Outre l'efficacité fiscale, ces sujets revêtent tous une importance capitale pour les investisseurs tant institutionnels que individuels. Des graphiques impressionnants permettent au lecteur de comprendre les mécanismes de création et de rachat d’ETF et de faire la différence entre les architectures de fonds à capital variable et à capital fixe. La première partie met également en évidence une nomenclature importante. Par exemple, l’auteur traite des billets négociés en bourse (ETN), qui sont des titres de créance de premier rang non garantis comportant des risques particuliers, et utilise l’exemple inoubliable des ETN de Lehman Brothers Opta.

Dans «Valuation, Pricing, and Trading» (Partie II), Madhavan développe et développe son modèle de dynamique des prix des FNB, basé sur le mécanisme d'arbitrage unique aux FNB. Il montre comment les primes et les remises peuvent être décomposées en composants de découverte de prix et de liquidité transitoire. La découverte des prix est la clé de l'évaluation, en particulier en période de tension sur les marchés et même pendant les vacances des marchés lorsque les valeurs liquidatives sont périmées. Madhavan montre que la taille des unités d’un ETF s’avère être une influence déterminante sur la liquidité, les erreurs de suivi et les coûts pour les gestionnaires d’ETF, ce qui suggère que plus grand est meilleur pour les gestionnaires et les investisseurs. Il aborde également longuement la liquidité des marchés primaire et secondaire et partage un certain nombre de faits intéressants sur l'ampleur des créations et des rachats quotidiens d'agrégats moyens qui donnent une idée de l'ampleur du négoce des FNB sur les marchés primaire et secondaire.

«Applications» (Partie III) se concentre sur les avantages et les objectifs de l’utilisation des ETF par type d’utilisateur, c’est-à-dire individuelles (efficacité fiscale et réduction des coûts) et institutionnelles (gestion de la trésorerie, stratégies d’achèvement de portefeuille, gestion de la transition, courtage à faible coût et opérations de couverture et de négociation tactique). Les ETF permettent aux investisseurs d’obtenir rapidement des positions longues ou courtes sans faire appel à des produits dérivés, avec les avantages supplémentaires d’une excellente liquidité et de faibles coûts. Madhavan fournit de nombreux exemples et explications sur l’investissement des FNB dans des devises étrangères, des produits de base, des alternatives, des stratégies multi-actifs et la volatilité, mais la section la plus révélatrice et la plus éducative concerne les titres à revenu fixe.

Les FNB à revenu fixe ont connu une croissance rapide depuis 2009 en dépit des difficultés de liquidité résultant des réglementations post-crise financière. Néanmoins, les FNB à revenu fixe ne représentent toujours qu'une fraction infime de tous les FNB et du marché mondial des titres à revenu fixe. Cela s'explique en partie par le fait que les coûts de transaction des FNB obligataires sont plus élevés que ceux des FNB d'actions et que les primes et les escomptes des FNB obligataires créent une confusion quant au mode de fonctionnement des FNB. Madhavan offre des preuves convaincantes que les escomptes / primes économiquement significatifs reflètent souvent la détermination du prix par le FNB, combinés à un ajustement relativement lent de la valeur liquidative. La section des titres à revenu fixe pourrait servir de base aux travaux futurs sur les effets sur la fixation du taux obligataire de la hausse des taux d’intérêt, de l’augmentation des émissions (titres du Trésor américain et des obligations municipales), des modifications de la qualité du crédit et des défauts.

«Stratégies actives» (Partie IV) comprend deux sections – une sur les stratégies alpha et une sur les écarts par rapport aux pondérations de la capitalisation boursière fondées sur des considérations autres que alpha. Cette partie met en évidence les principales différences entre les FNB et des structures actives telles que les fonds de couverture, et couvre les restrictions qui déterminent le type d'actif que les FNB peuvent détenir et les types de stratégies qu'ils peuvent poursuivre. Madhavan compare et contraste les fonds spéculatifs et les FNB en termes de concentration des avoirs, d'utilisation de l'effet de levier, de la capacité à vendre à découvert, d'actifs illiquides, de chiffre d'affaires et de divulgation des avoirs. Cette partie est également un bon point de contrôle pour évaluer dans quelle mesure le lecteur comprend bien ce qui se passe et souligne l’adéquation idéale entre l’investissement factoriel et les ETF.

Vient enfin «Politique publique, réglementation et risque systémique» (Partie V). Bien que ces sujets constituent la dernière partie de l’ouvrage, certains praticiens voudront peut-être commencer par lire cette section car elle traite du risque systémique potentiel ou imaginaire que posent les FNB. Cette partie révèle également comment les flux de fonds fournissent des preuves du sentiment des investisseurs. Madhavan pose un certain nombre de questions de politique réalistes tout en suggérant des pistes d'action aux régulateurs et aux groupes d'investisseurs autonomes. En outre, il examine les causes des échecs de règlement de l'ETF lors des «crashs» des 6 mai 2010 et 24 août 2015. Le dernier chapitre de cette partie, intitulé «Opportunités futures», offre des perspectives prometteuses pour le secteur grâce à l'utilisation des ETF. augmente. Cette croissance découle en partie de l’utilisation croissante de la technologie et de l’analyse dans l’investissement, mais aussi du fait que les ETF peuvent être utilisés pour atteindre les objectifs de l’investissement factoriel qui vont au-delà de la simple analyse comparative.

Les fonds négociés en bourse et la nouvelle dynamique de l'investissement est une référence essentielle et un commentaire stimulant pour les investisseurs professionnels de toutes les classes d'actifs. Il sort les lecteurs de leur zone de confort et montre comment les stratégies de placement les plus complexes peuvent utiliser les ETF. Les lecteurs seront en mesure d’incorporer ce qu’ils apprendront en lisant le livre dans la pratique immédiate, soit par la modélisation et le backtesting, soit par le biais de tests réels. actif investir en utilisant des instruments passifs.

Plus sont disponibles sur le ou dans le CFA Institute .

Si vous avez aimé cet article, n'oubliez pas de vous abonner à la Investisseur entreprenant.


Tous les messages sont l'opinion de l'auteur. En tant que tels, ils ne doivent pas être interprétés comme un conseil en investissement, et les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du CFA Institute ou de l’employeur de l’auteur.

Janet J. Mangano, ancienne gestionnaire de portefeuille principale chez PNC Wealth, réside à Short Hills, dans le New Jersey.