Comment l'immunité juridique des policiers canadiens met le public en danger

Comment l'immunité juridique des policiers canadiens met le public en danger
4.9 (98.89%) 18 votes



Le 28 juillet à London, en Ontario, la police a poursuivi deux cambrioleurs dans une banque. La voiture des suspects a heurté une autre voiture et les voitures de police, deux autres voitures. La deuxième était un taxi, qui semble se trouver à une intersection. Le chauffeur de taxi a été libéré de l'hôpital, mais ses passagers, Porsche Clark, âgée de 27 ans, et sa fille de 9 ans, Skyla,,.

En vertu de la loi ontarienne, la police peut poursuivre un véhicule en fuite si un crime a été commis ou est sur le point de l’être. La police doit déterminer si la nécessité de protéger la sécurité publique en interceptant le véhicule l'emporte sur les risques éventuels pour la population résultant de la poursuite. »En effet, c'est la loi (PSA).

En termes simples, cela donne à la police une immense marge de manœuvre. Essentiellement, la police déterminera si la nécessité de maintenir la sécurité du public oblige celle-ci à la mettre en danger. Cela contredit le PSA en vertu duquel «des services de police doivent être fournis dans tout l’Ontario», à savoir «la nécessité d’assurer la sécurité et la tout personnes et les biens en Ontario (non souligné dans l'original). »Ce principe devrait exclure les poursuites de la police susceptibles n'importe qui en danger. C'est-à-dire que la police ne devrait pas être autorisée à échanger votre sécurité pour ma sécurité, que le danger résulte de la conduite imprudente de la police ou de la conduite imprudente du criminel résultant de la poursuite de la police.

Malheureusement, ces règles contradictoires sont typiques de la politique gouvernementale. C'est ainsi que les bureaucrates, et en particulier les tribunaux, disposent d'une grande latitude pour interpréter la loi, protégeant souvent ceux qui sont supposés nous protéger.

Responsabilité des policiers

Le principe PSA énoncé ci-dessus, "La nécessité d'assurer la sécurité et la sûreté de tout PSA souligne à nouveau: «Nul ne peut être nommé policier sans être capable… d’être physiquement et mentalement capable d’assumer les fonctions du poste, compte tenu de sa propre sécurité et de la sécurité des membres du public. "

Pris ensemble, ce principe et l'article 43 ne sont pas ambigus. Et si la politique de poursuite policière folle n'existait pas, cela devrait suffire à tenir la police pour responsable d'actes mettant en danger le public, n'est-ce pas? Malheureusement, non, car ils se protègent avec

L’article 50 stipule qu’une commission de services policiers municipaux – ne pas les policiers eux-mêmes – «sont responsables des délits commis par des membres des forces de police dans l'exercice de leurs fonctions».

En outre, «le conseil peut… indemniser un membre du corps de police pour les frais de justice raisonnables engagés… dans le cadre de toute autre procédure dans laquelle la façon dont le membre s'est acquitté de ses fonctions était en cause, si le membre est trouvé avoir agi de bonne foi. »Toutefois,« agir de bonne foi »est un concept large qui, au Canada, confère généralement une immunité aux agents de police.

En fin de compte, le conseil n’est en aucun cas responsable de cette situation, car l’article 50 stipule en outre que «le conseil est responsable des responsabilités du conseil. … »Conseil signifie Conseil municipal et nous savons ce que cela signifie. Les contribuables sont en fin de compte responsables, et le fait est qu'ils paient beaucoup d'argent pour régler des poursuites résultant d'indiscrétions d'agents de police.

Même si la plupart des agents exercent systématiquement ce que des civils rationnels considèrent comme un «bon jugement», la loi punit néanmoins les contribuables afin de protéger les agents qui prennent de mauvaises décisions. Et Skyla Clark, âgée de neuf ans, est assez âgée pour comprendre en quoi cela peut créer des motivations pervers.

Justification du gouvernement

La nature coercitive du gouvernement favorise une culture dans laquelle il n’ya guère d’incitation à contrôler le comportement des individus agissant au sein de la bureaucratie gouvernementale, dont les budgets sont renouvelés et souvent augmentés en dépit du mécontentement des contribuables.

Dans le même temps, nous sommes supposés accepter d'emblée l'affirmation selon laquelle la société ne peut se développer et prospérer que si les agents du gouvernement bénéficient de l'immunité juridique pour les actes accomplis dans l'exercice de leurs fonctions publiques. En effet, s’ils craignent les conséquences personnelles de leurs propres erreurs, ils peuvent hésiter à prendre des mesures qu’ils croient sincèrement être dans l’intérêt du public. Avec cette peur dans leur esprit, ils seraient figés dans un état d'inaction et les citoyens subiraient les effets d'une société en déclin rapide. Cependant, lorsque les privilèges du gouvernement d’externaliser les coûts de leurs actions sur le dos des contribuables, les anges du gouvernement sont alors en mesure de fonctionner. C'est l'évangile selon le gouvernement.

La vérité est que ceux qui sont chargés de servir l'intérêt public, bien que protégés par l'immunité légale, sont bien placés pour le faire. La doctrine de l'immunité est une ruse, une autorisation d'abuser et une confirmation pas trop subtile que certains d'entre nous seront toujours au-dessus des lois. Cela encourage les gens à faire de mauvaises choses. Il favorise un sentiment d'invincibilité, de supériorité, de droit et d'indignation envers les autres qui oublient de se prosterner devant leurs maîtres.

En 2008, le jeune Garett Rollins célébrant son 19e anniversaireanniversaire. Ses amis et lui ont accédé à la demande de la police de quitter le parti. Rollins a mis en doute le traitement brutal infligé à une fille par le gendarme Benjamin Tomiuck, qui a répondu: «Nous pouvons faire tout ce que nous souhaitons. être de telles bottes à ce sujet », a répondu Rollins. En entendant ces mots, l'agent Matt Pouli a violemment attaqué les Rollins sans agressivité. Neuf ans plus tard, Rollins obtint 28 500 dollars de dommages et intérêts. Il n’est pas clair si une partie de cet argent a été payée par Pouli, mais est clair que lui, avec un salaire de l'année dernière.

Conclusion

En 2016, «le gouvernement a démontré qu'il était disposé et apte à répondre aux préoccupations urgentes du public concernant les services de police et la culture de la police, et à établir des règles provinciales dans l'intérêt public. Il l'a fait en 1992 avec sa directive initiale sur le recours à la force. Il l'a fait en 1999 pour mettre fin à de dangereuses poursuites à grande vitesse par la police. "

Toutefois, comme le savent Porsche Clark, Skyla Clark, Garett Rollins et bien d’autres comme eux, ces nouvelles règles ne sont qu’un autre exemple de ce que le gouvernement tient pour acquis que les préoccupations de la population ne sont pas à la hauteur.

Les officiers de police – et les autres agents du gouvernement – sont régulièrement excusés pour les actes pour lesquels des civils ordinaires sont poursuivis en justice, condamnés et emprisonnés. Il est déconcertant et effrayant d’appuyer des politiciens et des bureaucrates qui font constamment preuve de morale quant aux vertus de l’égalité, tout en usant sans vergogne de leur pouvoir pour éviter l’égalité devant la loi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*