Juin 2013

Un week-end sous le signe de la Transition

Malgré une météo automnale, le festival de la Transition a été l’occasion pour de nombreux acteurs venues de toute la France de partager des moments intenses de travail et de débats ponctués par des temps conviviaux et militants.

Le festival de la Transition (2è édition) s’est déroulé à Cluny (71) du 24 au 26 mai à l’initiative d’un collectif d’acteurs composé de la NEF, les Colibris, Terre de Liens, Énergie Partagée, Enercoop, le Klub Terre et la Coopérative de finance éthique.

Beaucoup de structures présentes y organisaient leur Assemblée Générale. L’APEAS, membre du Mouvement pour une Économie Solidaire (MES), était donc présente sur place pour participer (entre autre) à l’AG du mouvement vendredi 24 mai. L’occasion également de faire du lien, d’échanger des expériences et d’entrevoir des projets communs avec des structures qui agissent pour une autre économie sur tous les territoires de l’hexagone.

Stand Energie (la Transition commence par là) Stand Energie (la Transition commence par là)

La Transition se conjugue au pluriel

Car, l’objet même de ce festival, la Transition, est d’affirmer qu’il est possible de faire autrement, qu’au quotidien, nombreux sont celles et ceux qui produisent, financent, consomment, travaillent dans le respect de valeurs solidaires et écologiques. Cette transition s’envisage dans de nombreux domaines :

Se déplacer autrement, c'est aussi ça la transition Se déplacer autrement, c’est aussi ça la transition

La Transition en marche

La Transition est bel et bien une dynamique concrète que construisent des militants partout en France et au-delà. Une dynamique qui grandit à l’instar des Territoires et villes en transition dont le nombre de groupes locaux ne cessent de croître (une centaine aujourd’hui). Autre exemple de ce dynamisme qui s’impose doucement aux autorités : la publication au journal officiel vendredi 24 mai actant la création de la fondation Terre de Liens attendue depuis de nombreuses années. Reconnue d’utilité publique, la fondation va ouvrir de nouvelles perspectives à cet acteur qui a déjà permis d’installer plus de 100 fermes bio détenues collectivement sur 2500 hectares en à peine 10 ans .

Samedi 25 mai, le festival de la Transition accueillait également sous son chapiteau le débat national sur la transition énergétique avec Enercoop, Energie Partagée, Négawatt, la Région Bourgogne, la SEM Énergie Nièvre et une assemblée dense de citoyens venue débattre avec passion d’un sujet sensible. Preuve que le besoin d’échanger sur la question était grand, les discussions ont largement débordé l’horaire prévu et n’ont pas cessé tout au long week-end en coulisses parfois boueuses mais toujours joyeuses du Festival.

Deux journées d'intenses débats Deux journées d’intenses débats

Et pendant ce temps de débat, des groupes réunis un peu partout sur l’espace dédié au festival discutaient projets émergents, logiciels libres, investissements citoyens, habitats non conventionnels, monnaies locales complémentaires, agriculture urbaine... autant de thèmes qui réinventent nos modes de vie et instaurent des relations plus solidaires et durables.

En fin de journée ce samedi 25 mai, tous les participants se sont rassemblés sous le grand chapiteau pour l’annonce de la création d’un collectif Pour une Transition Citoyenne. Tous les acteurs signataires de l’appel étaient présents (lire ci-dessous) ainsi que Pierre Rabhi et Patrick Viveret venus apporter leur soutien et dire leur espoir de voir émerger un véritable mouvement citoyen pour la transition. À cette occasion, le Mouvement pour une Économie Solidaire s’est dit prêt à travailler avec le collectif et a proposé de prendre une part active à l’organisation des prochaines éditions du festival de la Transition. Un micro a ensuite circulé dans l’assemblée de plus de 500 personnes sous le chapiteau. De nombreuses paroles d’espoir ont été prononcées par des hommes et femmes de toutes les générations. Et à entendre leurs mots, il ne fait aucun doute : la Transition citoyenne est une histoire qui commence. C’est à nous tous de l’écrire dans nos actes et nos engagements.

Les repréntants du collectif pour une Transition citoyenne Les repréntants du collectif pour une Transition citoyenne

Déclaration commune du Collectif pour une Transition Citoyenne
Face à une crise systémique (écologique, économique, sociale,…) chaque jour plus profonde, un mouvement est en marche qui, partout, réinvente nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous nourrir, de nous déplacer, d’éduquer nos enfants…

Des centaines de milliers de personnes construisent des alternatives au modèle actuel qui déstructure le tissu social, financiarise tous les aspects de nos vies, pille les ressources naturelles et encourage un consumérisme et une croissance matérielle forcenés.

Des organismes financiers d’un genre nouveau remettent l’économie au service du bien-être humain et non de l’enrichissement matériel d’une minorité. Des entreprises, des citoyen(ne)s, des élu(e)s donnent la priorité à une économie réelle, sociale, solidaire, ancrée dans les territoires et les communautés humaines ; ouverte aux solidarités internationales et à la diversité des peuples de la terre. Construisent une économie circulaire, intelligente, participant à la régénération des écosystèmes.

Des citoyen(e)s, ingénieurs, acteurs associatifs, collectivités, scénarisent une transition énergétique pour progressivement abandonner les énergies fossiles et fissiles et développer un bouquet d’énergies renouvelables. Proposent des trajectoires afin d’engager un véritable effort de sobriété et d’efficacité énergétique. Des fournisseurs d’énergie proposent une électricité 100% renouvelable, rapprochent les producteurs et les consommateurs au sein de circuits courts, permettant ainsi la réappropriation citoyenne de l’énergie.

Des paysans, des agronomes développent une agriculture capable de nous nourrir sans pétrole et sans intrants chimiques, fondée sur un haut savoir agronomique, la connaissance des processus naturels, une grande diversité de semences et de variétés, librement reproductibles. Des producteurs associés à des citoyens, des élus locaux, réimplantent une agriculture vivrière dans chaque territoire (rural, péri-urbain ou urbain), afin d’assurer sécurité, salubrité et autonomie alimentaire pour tous.

Des démarches pédagogiques nouvelles se montent, proposant à nos enfants une éducation basée sur la coopération, la complémentarité, la connaissance de soi, des autres et de la nature. Une éducation leur prodiguant les savoirs, savoir-être et connaissances dont ils auront besoin pour s’épanouir et relever les défis du XXIème siècle.

Des processus d’approfondissement de la démocratie sont conduits, facilitant la participation directe des citoyens aux décisions qui les concernent, dans la cité et dans l’entreprise, instaurant une véritable coopération entre les élu-e-s et les autres citoyen(ne)s. Inventant les institutions nouvelles qui permettent à chacun-e de peser dans le sens de la transition à laquelle nous aspirons.

Nous, organisations qui oeuvrons, chacune dans notre domaine, à cette transition écologique sociale et humaine, croyons qu’il est temps d’amplifier ce mouvement et de lui donner la puissance nécessaire à un profond changement de société.

Afin d’encourager cette dynamique, nous créons aujourd’hui, le Collectif pour une Transition Citoyenne. Montrant ainsi qu’il est indispensable d’unir nos forces, de coopérer et de sortir des logiques de chapelles. Nous entendons ainsi rassembler nos compétences, nos ressources, nos réseaux afin d’optimiser l’impact de nos actions individuelles et collectives. Nous relier pour nous soutenir mutuellement.

Nous invitons aujourd’hui toutes celles et tous ceux qui souhaitent participer à ce grand projet d’une transformation non violente de notre société à nous rejoindre, en s’impliquant dans une ou plusieurs de nos structures.

Plus que jamais nous croyons indispensables « d’être ce changement que nous voulons pour le monde », individuellement et collectivement. De privilégier dans nos vies une forme de sobriété heureuse à l’ébriété consumériste. La coopération à la compétition. L’altruisme à l’individualisme.

N’attendons pas le changement. Prenons notre avenir en main, maintenant. Ces initiatives pionnières, ont fait leurs preuves. Si nous le voulons, elles pourront construire en quelques décennies, une société radicalement nouvelle, partout sur la planète.

Signataires de l’appel : La NEF, ATTAC France, Énergie Partagée, Terre de Liens, Coopérative de finance éthique, Enercoop, les Colibris, Réseau Cocagne, plan ESSE, Villes et communautés en Transition, MIRAMAP, Biocoop

Photos : CC/nk1/Fokus21 - Retrouver le reportage photographique complet ici : http://www.fokus21.org/galerie/festivaltransition2013/index.html

Mis à jour : mercredi 12 juin 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros