Un nouveau CLDESS sur le territoire de Grasse

4 questions à Valérie Tetu, animatrice du CLDESS signé entre le Conseil Régional et la CPAPA le 18 février 2013...

Valérie Tetu est animatrice du CLDESS porté par la CAPAP (communauté d’agglomération Pôle Azur Provence). À l’occasion de la signature officielle du contrat entre le Conseil Régional et la CAPAP le 18 février dernier, elle nous présente brièvement les objectifs du CLDESS et les premières actions mises en œuvre.

Comment s’est construit le CLDESS Pôle Azur ?

PDF - 16.6 ko

VT : Notre démarche s’est faite dans la co-construction avec l’ensemble des parties prenantes sur le territoire. C’est un engagement partagé qui vise à donner une dynamique pérenne et pertinente de l’ESS sur notre territoire. Juste avant la signature officielle entre la Région et la Communauté d’agglomération, les acteurs se sont réunis pour signer ensemble une charte que nous avions préalablement rédigé en commun. Cette charte constitue un point de repère dans le cadre de nos engagements et nous rappelle nos valeurs et nos objectifs. Elle est datée et ne constitue pas un document figé. Nous en reverrons régulièrement et collectivement les principes. La charte et la signature du CLDESS constituent la première étape d’un long travail d’animation et de réflexions partagées. À mon arrivée, il y a quelques mois, je suis allé à la rencontre des acteurs du territoire afin de partager un plan d’action. Nous avons collectivement définis 4 grands objectifs, déterminant chacun un certain nombre d’actions pour les 3 ans à venir : identifier, structurer et animer le réseau des acteurs de l’ESS ; faire connaître et reconnaître l’ESS, promouvoir ses valeurs et ses pratiques ; renforcer les acteurs de l’ESS ; soutenir le développement de l’ESS. C’est sur cette base qu’a été structuré le contrat.

En tant que responsable et animatrice du CLDESS, en quoi consiste votre travail ?

VT : Je tricote toute la journée ! Plus sérieusement, c’est un travail de maillage, j’essaie de mettre en lien les partenaires afin qu’ils se connaissent mieux et échangent entre eux, ce qui permet de travailler sur des fondations solides. On souhaite véritablement inscrire l’ESS dans la dynamique du territoire, c’est pour cela que nous avons convié le président du club des entrepreneurs à la construction de la charte. Pour nous, il est très important qu’il n’y ait pas deux économies qui s’affrontent. Nous souhaitons que le CLDESS soit le point de départ de collaborations constructives entre les entreprises de l’ESS et celles de l’économie classique.

Comment envisagez-vous ces collaborations ?

VT : Par exemple, au mois de novembre, nous avons eu l’idée de travailler à des passerelles entre les acteurs de l’insertion par l’activité économique (SIAE) et les entreprises « classiques ». À la demande des SIAE, nous avons organisé un speed-meeting qui permettait un échange d’égal à égal sur un temps réduit. Un directeur de SIAE est même allé plus loin en organisant une sorte de « vis ma vie ». Il est allé passé une journée dans une entreprise de Sophia Antipolis aux côté d’un PDG. Et ce dernier a fait la même chose dans l’entreprise d’insertion. Une manière originale de croiser les expériences, de s’enrichir mutuellement...

À ce jour, quelles autres actions ont été menées ?

VT : Nous avons déjà développé un certain nombre d’actions répondant au premier objectif (identifier, structurer et animer le réseau des acteurs de l’ESS) comme l’organisation des rendez-vous de l’ESS, la signature d’une convention avec l’APEAS afin de mettre en œuvre la BDIS sur le territoire, nous nous sommes également dotés d’une plate-forme collaborative et nous nous inscrivons dans la future plate-forme d’achats socialement responsables... La signature du 18 février était un acte formel mais le travail de structuration et d’animation avait commencé il y a plusieurs mois. Notre volonté du moment est de faire en sorte que le développement de l’ESS soit inscrit dans le SCOT (schéma de cohérence territoriale), actuellement en cours de rédaction. Bref, les chantiers sont nombreux et notre envie de faire avancer le secteur est grande.

Contact :
CLDESS de Pôle Azur
Valérie Tétu
04 97 01 11 00
vtetu@poleazurprovence.com
http://www.poleazurprovence.com

Mis à jour : lundi 18 mars 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros