Par Paul Falzon

Service civique volontaire, faisons confiance aux jeunes !


En France, plus que partout ailleurs en Europe, l’opinion publique est toujours prompte à dénoncer l’égoïsme des jeunes. Cette génération d’individualistes solidaires (individualistes par nécessité, mais solidaires par conviction) est mal comprise. C’est ainsi que dans un sondage exclusif Afev - Audirep publié en avril 2009, 51% des français déclaraient porter un regard global négatif sur les jeunes. Quant aux politiques publiques, elles oscillent trop souvent entre politique de loisir et politique répressive, comme si la jeunesse posait avant tout un problème et non une ressource pour notre pays.

Triste tableau qu’une société qui ne croit même plus en ses jeunes, voire qui en a peur. Mais, mesure-t-on vraiment les effets désastreux pour les jeunes de ce regard porté sur eux, de cette défiance perpétuelle ?

A sa création en 1991, l’Afev a souffert du scepticisme vis-à-vis de son projet qui consistait à mobiliser des étudiants bénévoles pour accompagner des jeunes en difficulté dans leur parcours scolaire. Et pourtant, en mobilisant toujours plus d’étudiants bénévoles, jusqu’à cumuler sur la seule année 2009, 600 000 heures de bénévolat, l’Afev démontre l’immense capacité d’engagement des jeunes. Et cet accompagnement bénévole, comme l’a montrée une évaluation externe est à la fois une riche expérience pour les bénévoles, et une action très positive pour les jeunes aidés et leurs familles.

Aujourd’hui, avec cette nouvelle loi sur la généralisation du service civique, c’est ensemble, que politiques de droite et de gauche, associatifs, collectivités locales, citoyens doivent tourner la page de la défiance et ouvrir celle de la confiance.

La loi propose un service civique, véritablement volontaire en ce sens que ni le statut ni l’indemnité prévus aujourd’hui ne portent l’ambiguïté vis-à-vis du statut salarié. Le volontariat n’est pas posé comme un dispositif d’insertion professionnelle, mais comme une étape naturelle dans un parcours avant l’entrée dans la vie active. Alors, certainement, ce statut ne règle pas toutes les questions autour de la jeunesse, mais ce projet de loi nous donne néanmoins la chance de créer un nouveau statut réellement basé sur l’envie de solidarité des jeunes français.

Un dispositif où des jeunes, de tout milieu social et culturel, vont interagir et se construire, vont autant apprendre qu’apporter aux autres dans un pays aujourd’hui miné par la grégarisation et l’entre-soi. Les 600 volontaires qui se sont engagés dans les actions de l’Afev ces dernière années, témoignent d’une « expérience humaine enrichissante », d’une "occasion de créer du lien", et la possibilité qui leur a été donnée "de mieux se connaître et de redécouvrir son environnement".

On peut envisager les 70 000 volontaires, puisque telle est l’ambition d’ici quelques années, engagés dans ce service civique volontaire comme un pari incertain et compliqué. Nous préférons le voir comme une formidable preuve de confiance vis-à-vis des jeunes et leur capacité d’action et de transformation sociale. En prenant en charge 100% de l’indemnité a versée aux jeunes qui s’y investit l’Etat va au bout de cette logique en reconnaissant la contribution fondamentale de cet engagement volontaire au service de la cohésion sociale de notre pays.

L’ Afev par son action quotidienne a montré que ces objectifs étaient atteignables, et se dit prête, avec ses partenaires, à faire le pari de la généralisation du volontariat.

Vouloir généraliser le volontariat, c’est aussi reconnaître que nos sociétés ont besoin d’autres liens que de liens marchands, besoin de liens de proximité, de liens humains, d’accompagnement, d’entraide, d’attention, de bien être. C’est également être convaincu, qu’en y prenant garde, les statuts de bénévole, de volontaire, de salarié, ne se concurrencent pas mais au contraire s’additionnent et peuvent chacun renforcer l’autre. C’est aussi et surtout se donner la chance d’inventer une nouvelle façon de faire société ensemble.

Mis à jour : mardi 19 juillet 2011
La dynamo

· Lire les anciens numéros