Juillet 2010

Roule Ma Frite

Un portrait mis à disposition par Place, réalisée par Sandrine Delrieux.

filtrage d'huile de friture filtrage d’huile de friture

Basée à Aix, Roule ma frite revalorise des huiles alimentaires usagées en carburant et combustible écologique (véhicules, bateaux, groupes électrogènes, chaudières...).
Elle met également son savoir faire aux service des collectivités et des ONG.

L’écologie nous sensibilise à l’observation des « relations réciproques » entre les différents acteurs d’un environnement. À observer comment nous utilisons les matières premières (bois, charbon, pétrole, gaz...), et les différents déchets que leur utilisation provoque.
Dans le cas des moyens de transports, les substances rejetées par l’utilisation d’hydrocarbures issus du pétrole sont incriminées pour leurs effets polluants (métaux lourds) et perturbateurs de certains équilibres vitaux (augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère).

Deux questions sont alors d’actualité :

  • Où et comment se procurer des matières premières sans dévaster les équilibres naturels (la dominante pétrole arrive certainement à son terme, le choix du nucléaire présente certains risques, l’utilisation massive du bois participe à la déforestation, etc).
  • Où et comment se débarrasser des « substances rejetées » ? Comment réduire la production de déchets toxiques (et limiter leur présence dans l’atmosphère, les terres et les mers).

Du déchet à la matière première : l’huile de friture dans le diesel

À ces deux pôles, matière première / déchet, les pratiques de recyclage ont fait prendre conscience que de nombreux déchets peuvent redevenir une matière première. La fin d’un cycle d’utilisation redevient le début d’un autre : c’est ainsi que l’huile de friture usagée devient un carburant pour la voiture.

Christophe Oudelin expérimenta le recyclage sur sa voiture diesel. Récupérer de l’huile de friture chez des restaurateurs, la filtrer, l’utiliser comme carburant à la place du diesel : ça roule...
Il initia ensuite, fin 2005, la création de l’association Roule Ma Frite, basée à Marseille.

L’association regroupe à ce jour une trentaine d’adhérents. Le système est participatif : chaque adhérent est en relation avec quelques restaurants et y récupère de l’huile de friture usagée. L’association dispose du matériel nécessaire au filtrage et nettoyage de l’huile. Le déchet ainsi valorisé est réutilisable, et chaque adhérent peut utiliser ce carburant dans sa voiture.

stand d'information de Roule ma frite stand d’information de Roule ma frite

L’association rassemble et partage connaissances théoriques et pratiques, piste les innovations (trouver un brûleur fabriqué en Italie destiné aux huiles végétales. Intérêt pour d’autres sources d’huiles, comme certaines algues...) et est reliée au réseau constitué par de nombreuses associations ou collectifs en France et en Europe.

A ce jour, l’objectif de l’association n’est pas de « grossir » inconsidérément en nombre d’adhérents, ni de procurer de l’huile filtrée à des personnes qui ne participeraient pas à la collecte des huiles usagées. Roule ma Frite ne vend pas d’huile recyclée, mais partage volontiers toute information et conseils pour faire connaître cette pratique.

Lorsque des personnes sont intéressées par un même sujet, cherchent à innover en terme de qualité de vie et de produits, se regrouper, s’associer, partager connaissances et outils est incontournable. Les Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) ont répandu ce principe d’organisation par petits collectifs. Cette activité de récupération / recyclage d’huiles usagées pourrait ainsi passer par l’organisation d’autres groupes de personnes ici et là dans les villes. A Bordeaux, dans le Lot et Garonne, en Lozère... l’épidémie des alternatives végétales ne fait que commencer.

Mais il ne s’agit pas de faire n’importe quoi dans son coin et dans son moteur, ni de se borner à acheter une l’huile alimentaire pour faire tourner le moteur. Il est ainsi important que les mutations s’organisent, que des lieux de formation et de compétences se structurent (par exemple sur les adaptations des moteurs diesel), que les chercheurs, les industriels, les institutions publiques... participent aux innovations et à leur diffusion. Outre les moteurs de voiture, l’huile végétale, peut être également utilisée dans un usage domestique, complétant ou remplaçant le fuel de certains chauffages.

Des initiatives individuelles à l’intérêt collectif

L’idée de recycler des déchets dans sa voiture et de participer à une dépollution de l’atmosphère et des mers tout en roulant n’est pas courante... Elle se base cependant sur l’observation de l’écosystème et de la transformation des matières et des molécules. « L’intérêt collectif » de cette pratique de recyclage des huiles usagées incite Roule ma Frite à vouloir construire un partenariat avec une collectivité publique au sujet de la collecte des huiles usagées dans certains établissements. Les services publics (transports en communs, voitures de fonction...) pourraient ainsi être un des lieux où l’invitation à changer de pratiques soit initiée. Et il s’agira également de suivre l’évolution des lois concernant la production et la vente de carburants d’origine végétale en France et dans le monde, condition sine qua non pour que ces pratiques moins polluantes puissent devenir courantes.

Sandrine Delrieux

Contact
roulemafrite@free.fr

Plus d’informations
http://www.roulemafleur.free.fr
Institut français des huiles végétales pures
http://www.oliomobile.org
http://valenergol.free.fr
Rapport de l’Assemblée nationale sur les biocarburants (2006)

Mis à jour : jeudi 22 juillet 2010
La dynamo

· Lire les anciens numéros