Préludes à la Transition

Préludes à la Transition est un livre de Christian Araud paru en 2012 aux édition Sang de la Terre. Un résumé lucide du mouvement en Transition basé sur l’expérience internationale de l’auteur. Distancié, parfois ironique bien que toujours engagé, ce livre aborde sans concession, au prix de constats grinçants, l’état de notre monde et l’urgence à le changer.

Les 6 chapitres qui composent l’ouvrage font progresser le lecteur vers une double conclusion qu’il choisira selon ses penchants.

Tout commence avec une analyse des travaux du Club de Rome sur 30 ans qui exposent la situation de crise dans lequel le monde est enfermé et l’absence de solution globale.

Dans un second temps, C. Araud présente le mouvement de la décroissance et ses fondements théoriques. Il y voit beaucoup de réflexions intéressantes mais une capacité à agir très limitée.

"Objection de croissance" et "mouvement de la transition" font partie du nouveau paradigme que j’appelle le "champ de la décroissance".

Le 3è volet du livre se penche sur notre société et les blocages qui l’empêchent de changer. Blocages psychologiques, politiques et systémiques qui le sclérosent.
Il enchaîne avec plusieurs scénarios du futur imaginés par le permaculteur David Holmgreen dans les années 70. Pour l’auteur, "la permaculture en tant que méthode de production (incluant agriculture, sylviculture et élevage) est un outil majeur pour la transition".

Pessimistes, ces scénarios annoncent un chaos inéluctable à moins que des actions soient menées sur un plan local. Car c’est de la dimension locale que peut naître l’espoir.

Bien que maigre, cet espoir est entretenu dans les chapitres suivants où l’auteur détaille les actions possibles et distingue ce qui peut être entrepris en milieu rural, urbain et mixte. Il part également de la dimension individuelle pour tendre vers un besoin réel de coopération et d’action collective et globale.

La conclusion, ou plutôt les conclusions que proposent C Araud dépendent de notre vision du verre à demi-rempli. Il commence par la vision heureuse et propose aux optimistes de s’arrêter là, penchant lui-même naturellement pour le verre à moitié vide dont il expose sa vision avant de terminer par un constat teinté d’ironie : "il est plus amusant de s’engager à fond dans des expériences de transition que de jouer au golf ou au bridge."

Références :
Araud Christian, Préludes à la Transition. Pourquoi changer le monde ?, Éditions Sang de la Terre, 2012

Mis à jour : mardi 29 octobre 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros