Pour lutter nous avons besoin de force


Article 7 et 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme :
« Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration ou contre toute provocation à une telle discrimination. »
Et « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

Le dramaturge russe Anton Tchekov (1860-1904) : « Sème les graines de sagesse, de bonté et d’éternité ! »

Le philosophe suisse Carl Hilty (1833-1909) :
« Tous les grand progrès spirituels accomplis par les êtres humains sont au départ fondés sur une foi. »
Et « Rares sont les cas où une action réellement bonne et grande n’a pas de modestes débuts ».

Le principe de laïcité de l’état implique qu’il soit garant de la liberté de culte. _ La France est une république laïque qui sépare l’état et la sphère religieuse, ce qui ne signifie pas que la religion doit être invisible. Pourtant pour certains, il faut réserver ce sujet au domaine privé. En ouvrant la voie de la laïcité ouverte, nous brisons le tabou.
Déjà, je mesure les soupçons qui pèsent sur moi. Pour qui roule-t-il ? Les intégristes, le new age… ? Mais qui roule l’autre du point de vue des Droits de l’Homme ?
En refusant de considérer les progrès de l’humanité grâce aux religions ou en réduisant la religion aux guerres communautaristes, ne risquons nous pas de basculer dans un intégrisme laïque ?

La vie est une lutte. Pour lutter nous avons besoin de force. La force est une vertu spirituelle. Le rôle de la religion est de nous permettre de puiser dans cette spiritualité.
Face aux enjeux de survie de l’humanité, notre époque n’a jamais eu autant besoin de religions modernisées, capables de nous réorienter vers le bonheur et la paix. Sans laïcité ouverte, l’émergence de ce nouveau mouvement véritablement constructif serais compromis.

Nous connaissons l‘échec d’un bonheur humain basé sur la politique ou l’économie élitiste, laissons sa chance à celui basé sur le peuple et la culture. Aujourd’hui, l’économie anti-solidaire tire sa révérence, une nouvelle économie solidaire est née.
Un homme qui donne tout en entraine mille autres. Il n’y a plus à se poser de question, il n’y a que l’action altruiste. Même si je devais devenir le plus pauvre des français, je dois rester un citoyen honnête.
Autour de moi, l’aube d’une démocratie directe et quelques fois participative se lève ; quelle joie !

Merci de votre attention.
On en reparle bientôt, si vous le voulez bien et si je ne suis pas mort de faim !

Total Respect
Gillou

Mis à jour : vendredi 7 mai 2010
La dynamo

· Lire les anciens numéros