Avril 2006

Post Scriptum


Association d’écrivains publics ayant pour objet de favoriser l’intégration sociale des personnes en difficulté face à l’écrit et d’apporter les outils pour les rendre autonomes

De nos jours, les difficultés face à l’écrit sont encore très présentes même dans un pays développé comme le nôtre. D’après l’Insee , plus d’un dixième de la population est dans ce cas. Or, le manque de maîtrise de ces bases constitue pour eux un véritable handicap à l’intégration sociale, les méandres de notre administration les confrontant quotidiennement à ce problème. Dans une grande ville comme Marseille, les lieux d’accueil débordent de demande d’aide lorsqu’il s’agit des documents administratifs.

Fort de ce constat, l’association Post Scriptum a été crée, il y a maintenant un an, à l’initiative d’intervenants sociaux, notamment de Hélène Henry. L’idée principale en est non seulement de répondre aux besoins des personnes en difficulté face à l’écrit dans les démarches du quotidien mais c’est aussi une association dont le but est l’autonomisation de ces personnes. Chacune des activités proposées doit donc répondre à ces enjeux. D’autre part, Post Scriptum est une association itinérante qui travaille en partenariat avec des structures proches du public.

Depuis sa création, l’association a développé 2 types d’activités :

- Permanences d’aide aux papiers et de conseil Des permanences pour :

. Apporter une aide immédiate dans l’établissement de papiers administratifs

. Devenir un pôle d’information, de soutien et de conseils en démarches administratives

Les permanences se déroulent sur une demi jounée bimensuellement. L’écrivain public consacre en moyenne 20 minutes à chaque usager afin de répondre au mieux à sa demande et de lui apporter des outils propres à le rendre autonome. Les principales actions au sein des permanences :
- aide au remplissage de papiers (dossier CMU, feuille d’impôts, papiers CAF,...)
- écriture de différents types de courriers ( lettre de motivation, lettre de recommandations, demande d’aide, réclamations,...)
- conseils
- orientations vers d’autres structures ou travailleurs sociaux. Il faut bien-sûr toujours garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’assistanat mais d’aide, de soutien voire d’apprentissage.

- Ateliers d’apprentissage aux diverses formalités écrites. Ateliers collectifs, participatifs et citoyens pour : . Apprendre à travailler en équipe . Apprendre à faire soi-même les dossiers, papiers administratifs, courriers officiels. . A travers le travail en commun, favoriser l’apprentissage de la citoyenneté pour des gens, qui en sont exclus

Les ateliers se déroulent sur deux à trois heures. Ils ont une forme collective afin de proposer un apprentissage en équipe et de créer du lien entre les personnes. Différents thèmes peuvent y être abordés ; ils sont déterminés en amont en tenant compte des besoins du public . Par exemple :
- Les formulaires à remplir (CAF, Assedic, ANPE, ...)
- Les courriers administratifs (Lettre de demande de soutien, d’accompagnement, de contestation,...)
- Ecrire une lettre
- Le Curriculum Vitae et la lettre de motivation
- Les impôts
- La retraite

Au sein des ateliers :
- Utilisation d’outils impliquants (ex : Brainstorming, Jeux de rôles,...) afin d’approcher différemment une forme d’écriture trop souvent austère.
- Explication de l’enjeu lié à l’obtention de telle ou telle aide : il est prévu de discuter autour de chacun des thèmes afin de développer le sens de la citoyenneté du public. On peut imaginer la présence d’acteurs membres du réseau lors de certains ateliers (Conseiller Caf, Assistante sociale, personnel des impôts,...)
- Temps d’apprentissage : l’atelier est un temps lors duquel l’écrivain public apporte des méthodes, des outils, des conseils utiles à l’autonomisation du public sur le thème donné.
- Les ateliers sont aussi l’occasion pour les usagers de poser des questions et d’avancer dans la compréhension de leurs propres papiers administratifs.

Les partenaires de l’association : Partenariats techniques effectifs :
- APEAS : Accompagnement sur le développement de l’association
- C’est la faute à Voltaire, Arborescence, EPFF : Partenariat sur le principe d’échanges de communication et de conseils.
- Centre social Mer et Colline, Centre social La Savine, Centre social La Rouguière, MMA Denis Papin, Association Parents à vos marques, CCo la Renaude : Partenariat avec mise à disposition de locaux pour permanences.
- Centre social La Savine, Collège Jules Ferry : Mise en place d’ateliers dans leurs locaux.
- Partenariats prochains prévus : . Arborescence, PSP Bougainville, Centre social La rouguière : Mise en place d’ateliers ·
- Politique de la ville, Cram, Conseil général, La ville : partenariat financier

Les perspectives de développement : Post Scriptum propose d’autonomiser l’usager dans ses démarches administratives et de favoriser l’apprentissage de la citoyenneté pour des gens qui se vivent comme exclus, grâce aux ateliers mis en place. De plus, l’écrivain public propose aux usagers un conseil et un soutien dans leurs démarches. Une fois le réseau établi et les partenariats formalisés, il pourra remplir le rôle de personne relais entre les usagers et les structures. A terme, la vocation de l’association vise à fédérer un ensemble d’intervenants aux compétences variées (alphabétisation, assistante sociale,...) pour proposer une aide globale, même si le cœur du projet restera la lutte contre l’exclusion due à l’illettrisme

Article rédigé par Hélène Henry Coordinatrice de projet pour Post Scriptum

Mis à jour : mardi 10 novembre 2009
La dynamo

· Lire les anciens numéros