Pierre Lévy

Panorama de l’habitat groupé en Paca


L’habitat groupé, qu’est-ce que c’est ?

Vivre en habitat groupé, c’est décider d’acheter collectivement un terrain et de faire construire (ou de réhabiliter) un bâtis écologique ménageant des espaces privatifs réservés à la famille et des espaces collectifs autogérés : un jardin, une chambre d’amis, une salle polyvalente, un salon des enfants, un garage à vélos ... Ces possibilités de mutualisation d’espace, cette base de confiance nécessaire à l’épanouissement des habitats groupés, servent de support au développement de nombreuses relations de solidarité tout en préservant l’environnement.

Quelques dates clés

De nombreuses personnes se sont engagées autour de cette idée, pour s’en saisir et la transformer en projet.

Dès 2005, l’association Habicoop se créée à Lyon pour remettre au goût du jour les coopératives d’habitants, mettant au coeur de son projet la propriété collective (sous forme coopérative loi de 1947), une sortie du système spéculatif et la démocratie (1 homme = 1 voix).

La même année, le réseau Habitat Groupé se met en place, et constitue une vaste plateforme citoyenne informelle, fonctionnant par listes de discussions et rencontres nationales et régionales régulières, permettant de populariser le concept et faire circuler expériences et énergie.

A Marseille, un collectif Habitat Groupé Marseille se met en place au mois d’octobre 2008, sorte de plateforme citoyenne qui rassemble physiquement une quarantaine de personnes à chacune de ses réunions, et environ 200 personnes sur sa liste de discussion grâce à un soutien logistique de l’Apeas. Fin 2009, ce collectif s’arrête, après avoir donné naissance à 3 nouveaux groupes : une structure d’accompagnement, Regain, et un site collaboratif portée par un particulier (Annebelle Roux) et développée par une spécialiste du web mordue de l’habitat groupé.

L’association Habitons Groupés 13 ! prend le relais avec de nouveaux porteurs, et prend sa place comme plateforme départementale membre du réseau habitat groupé qui héberge ses pages web aux côtés d’autres plateformes départementales comme les Habiles autour de Grenoble, écohabitat groupé Vaucluse, écohabitat groupé 30 dans le Gard, Ecohabitons 06 à Nice, le réseau Habitat Groupé de la région Lyonnaise... Par ailleurs, une association aixoise, e-quilibre, joue un rôle similaire sur le Pays d’Aix.

Combien de groupes aujourd’hui ?

Difficile à dire... le plus ancien groupe de Marseille : les Colibris ; ils ont déménagé sur Forcalquier et après une période de pause de deux ans, sont en phase de redémarrage de projet. Sur les 3 projets nés du collectif, un s’est dissous, un fonctionne et est en phase active de recherche de terrain (les 7 familles - plaquette ci dessous), un ne donne pas de nouvelles (Habitat coopératif Marseille) et semble s’être essoufflé. Au moins trois nouveaux groupes se sont constitués à Marseille, trois ou quatre sur Aix... et sans doute à peu près autant sur le reste du département. Evaluer à une dizaine le nombre de groupes projets actifs dans les Bouches-du-Rhône semble raisonnable. Sans doute faut-il en compter au moins le double (voir le triple ?) au niveau de la région Paca.

L’association Habitons Groupés 13 !

L’association Habitons Groupés 13 !, créée en juin 2010 par d’anciens membres du collectif habitat groupé Marseille rejoint par d’autres personnes venant de l’ensemble du département (notamment Aubagne, Salon, Lambesq) a pour finalité de favoriser l’émergence et la réalisation de projets d’habitats groupés dans le département des Bouches-du-Rhône.

Elle concentre ses actions autour de trois objectifs :

  • informer et permettre à de nouvelles personnes de découvrir ce qu’est l’habitat groupé et de former de former de nouveaux groupes
  • favoriser le développement d’une ’expertise citoyenne’ autour de l’habitat groupé permettant de faire vivre le concept d’autopromotion (le groupe est maître d’ouvrage et prend l’entière responsabilité de son projet de construction), par des formations et des échanges entre groupes existant
  • enfin faire connaître ce concept auprès des collectivités locales, afin de sensibiliser les élus et peut-être, se poser en interlocuteur pour co-construire des politiques publiques.

Les freins au développement de l’habitat groupé dans les Bouches-du-Rhône

Un certain nombre de blocages mettent aujourd’hui en difficulté le développement de l’habitat groupé dans les Bouches-du-Rhône : 

  • le manque de foncier
  • le coût des projets : contrairement à une idée préconçue, les projets d’habitat groupé ne sont pas beaucoup moins chers que des projets individuels. Sans soutien fort des collectivités territoriales, les personnes ne pouvant pas devenir propriétaire individuellement n’ont que peu de chance d’y parvenir collectivement.
  • le manque d’accompagnement de groupes... (les groupes doivent se projeter dans un temps long ; il y a beaucoup d’incertitudes ; les groupes ne sont pas prêts à payer un accompagnement pourtant très utile pour ce type de projet très complexe ; nécessité de subventions à des structures d’accompagnement pour appuyer l’émergence de ces projets ; va de pair avec une politique publique globale d’encouragement à l’habitat groupé).

Perspectives et avenir de l’habitat groupé ?

Deux familles d’habitat groupé ouvrant des perspectives différentes :

  • l’autopromotion est la plus connue en France. Le projet le plus abouti est à Strasbourg : écologis, un autre en attente de permis de construire sur Paris, Diapason (près du canal de l’Ourcq) le groupe est maître d’ouvrage du projet ; popularisée dans le sud de la France par une structure d’accompagnement comme la société Toits de Choix, basée à Montpellier, qui développe notamment un projet de ce genre dans le quartier des Terres Blanches à Pierrevert, près de Manosque. Cette alternative reste très chère, correspond à de l’accession individuelle à la propriété (montages en copro ou en SCI d’attribution) ; difficulté à trouver des terrains suffisament grands pour construire de 5 à 15 logements.
  • les coopératives d’habitants : montage juridique et financier encore en rodage mais un projet sort déjà de terre (cf. Village Vertical à Villeurbanne). Le principe est d’être collectivement propriétaire de la coopérative, et individuellement locataire, avec un loyer relevant du logement social. Les coopératives d’habitants permettent un ensemble d’avantages dont celui notamment de réduire les coûts (TVA à 5,5% au lieu de 19,6%, exonération de taxes foncières pendant 20 ans, APL pour ceux qui y ont droit...) et surtout de négocier plus facilement du foncier avec les collectivités locales, à un prix relevant du logement social et non du tarif promoteur.

Les Bouches-du-Rhône attendent encore leur projet en coopérative d’habitants. L’association REGAIN, structure d’accompagnement marseillaise qui développe actuellement le projet de création d’une cité de la consommation responsable sur Marseille, pourrait proposer de constituer et d’accompagner un groupe sur cet objectif en 2012.

Contact :
Regain
Pierre Lévy
8 rue Escoffier – 13001 Marseille plevy@regain-hg.org

Mis à jour : lundi 28 mars 2011
La dynamo

· Lire les anciens numéros