Mars 2012

Marchons, marchons, tous vers Paris, Que vivent nos Utopies !


Récit de Nadia qui a marché une semaine de Marseille à Avignon.

"Départ sur le Vieux-Port... Pas mal de personnes étaient là au rendez-vous. Un groupe de musique traditionnelle jouait pour les personnes rassemblées. Nous avons chargés le camion avec nos sacs à dos et ce que chacun avait amené pour partager. Des personnes ont apporté de la nourriture pour soutenir la Marche.

Une fois sur la porte d’Aix, le grand départ de la Marche fut lancé. La traversée des quartiers Nord fut très agréable. Pas mal de question sur le pourquoi de la Marche et un grand soutien de chacun. Ca commençait vraiment bien. Pour une première étape, ce fut difficile notamment de marcher pendant 30 km sur le bitume. Du coup, on commençait les premiers échanges entre marcheurs, pour mieux se connaître.

Sur Aix, les organisateurs nous avaient préparé un bel accueil. Nous avons eu peur lorsqu’un policier a mis le camion sur le côté pour vérifier les papiers. Mais tout s’est bien passé. Il faut dire que le camion fonctionne avec de l’huile de friture. Une nana initiait les passants au funambulisme, les musiciens trad nous faisaient danser sur des cercles circassiens et autres danses de l’Ours. Des cracheurs de feu et autres jongleurs étaient présents. Les passants s’arrêtaient pour regarder le spectacle. Et pour réchauffer nos estomacs, nous avons dégusté un super couscous. Puis nous sommes partis camper dans les collines d’Aix. Un endroit vraiment super. Une « voisine » qui promenait son chien est venue discuter avec le groupe. Puis nous sommes partis en direction de Rognes. Ceux qui restaient dans le camion se sont occupés de récupérer de quoi manger en passant voir les commerçants et en leur demandant s’ils avaient des choses à donner plutôt qu’à jeter. Sur le chemin, nos musiciens Baloo et Souryann ont chanté et joué de la guitare. Nous avons fait une pause pour déguster des amandes sur un amandier. Panoramix nous a expliqué à quelques-uns le nom de quelques plantes sauvages.

A l’arrivée sur Rognes, nous avons planté le campement sur la place du village. Juste à côté de la gendarmerie. Mais tout s’est bien passé. Quelques habitants sont venus discuter pour savoir pourquoi nous étions là. Nous avons sorti la table et commencé à préparer le repas et le lieu en mettant les banderoles de la Marche. Une discussion s’est engagée sur le fait d’aller jusqu’à Avignon à partir de Saumane. Il a alors été décidé que nous ferions un peu plus de km pour y être et éviter de prendre le train pour être présent à temps pour la chaîne humaine le dimanche.

Le lendemain, quelques uns sont allés à la rencontre de nos « voisins ». Un café et une boulangerie pour leur parler de notre démarche. Les deux commerçants ont offert café et viennoiseries pour que ce soit offert aux personnes du village et discuter ensemble. Ils nous ont rejoint. Nous avons alors discuté avec les passants qui s’arrêtaient. Puis direction Bonnieux. Arrêt sur Cadenet. Belle accueil dans la ville. Ce jour là, ayant bien suffert de la marche lors du 1 er jour, ampoules infectées, je monte dans le camion-sardine  Arrivés sur Cadenet , un policier nous dit de serrer à droite. Merde ! Non, celui-ci nous indiquait simplement une place pour que nous puissions nous poser. Super sympa ! Nous en profitons pour décorer le camion avec des affiches de la Marche. Certains vont dans un bar pour actualiser le blog ou mettre les bandes sonores sur le site. D’autres pour discuter avec les gens. Belle générosité des commerçants pour nourrir les marcheurs : paëlla, viennoiserie, poulets rôtis...

A l’arrivée sur Bonnieux, nous cherchons un lieu pour que les Marcheurs de la journée puisse se poser tranquillement. Nous décidons de ne pas camper à Bonnieux. La municipalité nous proposant de loger sur les abords d’un terrain de foot. Mais le lieu est inadapté à la démarche de la Marche. Bonnieux semble vide. Peu de vies dans le village. Du coup nous partons vers l’extérieur où nous posons les tentes dans le forêt des cêdres. Près d’un cabanon en ruine que nous vidons pour en faire notre cuisine. Beaucoup de vent ces derniers jours. Mais le lieu est plutôt bien protégé. Des personnes nous rejoignent pour apporter vêtement et couverture car nous avons eu froid ces dernières nuits.

Puis nous partons en direction de l’Isle sur Sorgue. Nous réussissons à obtenir des cagettes de nourritures à Lidl qui est donné gracieusement. Avec les fleurs donnés par le supermarché, nous décidons de les offrir aux personnes dans la rue.

A Saumane, nous sommes accueillis dans l’éco lieu à la croisée des regards. Un endroit magnifique, perdu dans la forêt. Alain nous y accueille avec les jeunes qui s’occupent et gèrent les lieux. L’idée est vraiment que ce soit eux qui se réapproprient le lieu. Le passage de flambeau. Nous y passons deux nuits. Nous allons alors planter des arbres fruitiers sur le lieu. Alain nous expliquant comment faire. Cette pause nous permet de nous retrouver et de discuter de ce qui va ou ne va pas. Le problème de notre visibilité se fait sentir. Du coup nous décidons de fabriquer d’autres banderoles plus légères avec lesquelles nous marcherions. Puis l’idée de donner un petit papier aux passants avec l’adresse du blog et notre démarche. Mais aussi nous parlons de l’entraide dans le groupe, les actions à mettre en place (Zone d’echange Libre, semencier, occupation des places,...). Nous nous organisons en petits groupes de travail pour avancer sur tout ça. Et surtout l’aménagement du camion pour arriver à mieux s’y retrouver..."

Mis à jour : vendredi 30 mars 2012
La dynamo

· Lire les anciens numéros