Manifeste du Réseau Européen d’Economie Solidaire - Barcelone - 2011


LA GLOBALISATION DE LA SOLIDARITÉ

LIMA 1997, QUÉBEC 2001, DAKAR 2005, LUXEMBOURG 2009, sont les rencontres qui jalonnent la mise en réseau international de l’économie sociale. Ce processus fait maintenant une halte de quelques jours à Barcelone, la Rose de Feu, comme on l’appelait dans le mouvement ouvrier de l’aube du XXe siècle, pour donner naissance au Réseau Européen de Promotion de l’Économie Sociale et Solidaire (le RIPESS EUROPE - Réseau Intercontinental de Promotion de l’Économie Sociale et Solidaire. Europe).

C’est ainsi, que réunis dans cette ville, nous tous, représentants des réseaux de ,Belgique, Catalogne France, Espagne, Hongrie, Italie, Luxembourg, Portugal, Roumanie, et des personnes venant de Allemagne, nous déclarons qu’à l’issue de trois jours de travail et d’échanges fructueux, le 8, 9 et 10 septembre 2011, nous avons créé le Réseau RIPESS EUROPE, nous l’avons doté de statuts et nous avons élu les personnes qui nous représenteront au sein du Comité de Coordination pour les deux ans à venir.

La création du Réseau Européen RIPESS est l’occasion de rappeler que nous avons derrière nous un long chemin de luttes et d’expériences qui ont marqué l’histoire sociale et politique européenne. Chaque fois que, dans le plus petit village du vieux continent, les hommes et les femmes se sont regroupés, et ont donné une réponse collective et émancipatrice pour faire face à leurs besoins, ils ont fait avancer l’économie sociale et solidaire. Les coopératives, sociétés d’aide mutuelle, caisses de crédit et de résistance, associations, mutuelles et syndicats, mais également les cercles et universités populaires, les centres encyclopédiques, les bibliothèques ouvrières, les chorales et troupes de théâtre, ... ont peu à peu constitué un patrimoine social et culturel dont nous sommes les enfants tout à la fois que nous nous sentons les continuateurs de leurs idéaux.

La création du Réseau RIPESS EUROPE est l’occasion de mettre en évidence que le modèle d’organisation politique, économique et social actuel est caractérisé par la cupidité, la concurrence et l’individualisme, et la violence contre les personnes. L’ESS souhaite au contraire surmonter les effets de la crise actuelle et promouvoir des modes d’organisation et ceci du local au global qui favorisent la liberté. Nous refusons (rejetons) les causes et les conséquences de la crise actuelle. Elle est basée sur la spéculation de flux financiers incontrôlés et un modèle économique sauvage qui appauvrit et exclut un nombre toujours plus grand de personnes et de territoires, en détruisant le patrimoine naturel et culturel du monde entier.

Parallèlement, nous voyons naître et croître, en Europe et partout ailleurs, des milliers d’expériences concrètes qui se réclament de l’économie solidaire. Des coopératives productives autogestionnaires, des marchés solidaires, consommation responsable et souveraineté alimentaire, des formes alternatives de financement, des banques du temps, des services de proximité, des initiatives environnementales et écologiques, d’égalité des sexes et pédagogiques, le commerce équitable, des associations de développement local, des entreprises sociales durables,...Dans toutes les sphères de la vie économique, de la production, de la commercialisation, de la consommation et des finances, ne cessent d’apparaître de nouvelles organisations qui ouvrent des voies et veulent dépasser la logique du bénéfice individuel et du capital de l’économie mercantile, de la bureaucratisation et la hiérarchisation du secteur public. La volonté et les pratiques d’articulation et de coordination de l’ensemble de ces initiatives grandissent, et se créent des plateformes, consortiums, fédérations et réseaux qui les représentent. La création aujourd’hui du Réseau Européen RIPESS s’inscrit dans cette perspective.

C’est sur ces valeurs et ces expériences que nous pouvons et souhaitons construire une économie et une société plus justes, moins déprédatrices et qui n’excluent personne.

Nous savons que ce n’est pas facile. Les défis du futur sont complexes et importants. La démocratie doit rentrer dans la vie économique, nous devons nous renforcer et étendre nos expériences pour sortir de la marge et être visibles, intégrer, territorialement et verticalement, les multiples initiatives économiques, sociales et environnementales, approfondir la critique des axiomes de l’économie traditionnelle ainsi que la théorie de l’économie solidaire, nous devons lutter contre la pauvreté, l’exclusion et l’inégalité, améliorer la qualité de la vie, respecter et faire respecter la nature, défendre la culture des peuples et leur droit à l’autodétermination, briser les logiques corporatives et promouvoir l’intérêt général et citoyen, interpeller et mobiliser le secteur public, construire des alliances et des réseaux avec les autres acteurs des mouvements sociaux, il nous faut affirmer notre légitimité et gagner notre reconnaissance, être des interlocuteurs des instances politiques locales, régionales, nationales et européennes, et enfin, nous ne voulons pas nous enfermer dans les frontières européennes, mais au contraire nous souhaitons participer activement à la globalisation de la solidarité.

Encore au delà, la création du Réseau RIPESS EUROPE est enfin l’occasion d’affirmer un futur, hors du chemin tout tracé de ce modèle économique sauvage, car c’est un autre monde que nous voulons construire.

Nous sommes fermement convaincus, non seulement qu’un autre monde est possible, mais qu’il est aussi chaque jour plus nécessaire. Que le feu de la rose illumine le futur de l’économie solidaire.

Depuis Barcelona : « Longue vie à l’économie solidaire du monde entier ! »

Mis à jour : mercredi 12 octobre 2011
La dynamo

· Lire les anciens numéros