Mars 2012

Libérons l’énergie !


Les citoyens doivent retrouver un rôle central dans le choix du modèle énergétique.

Libérons l’énergie est un appel large et citoyen :

  • C’est libérer la France du modèle énergétique actuel
  • Et surtout..., C’est libérer la parole et l’énergie des citoyens !

Libérons l’énergie interpellera les candidats à la présidentielle sur leurs politiques énergétiques.

Stress Test des candidats

Cet outil se veut un outil citoyen et tend à la plus grande objectivité possible. Fonctionnement, choix, notation, interprétation des résultats...

Le fonctionnement de l’outil

Cet outil se veut un outil citoyen et tend à la plus grande objectivité possible. Chaque candidat est traité d’égal à égal : tous se sont vus adresser le même questionnaire et le même délai pour y répondre. Tous ont fait l’objet de recherches principalement sur internet afin d’utiliser également leurs déclarations publiques (articles ce presse, interview télé ou radio, ouvrages ou sites internet des candidats…), et continueront de faire l’objet d’une « veille ».

Pour chacune des questions, Greenpeace place les candidats dans le groupe des « engagés », des « attentistes » ou des « rétrogrades », en veillant à être le plus neutre possible. Les engagés ont 1 point, les attentistes 0 et les rétrogrades -1. Certaines questions et réponses laissent place à une marge d’interprétation, assumée par Greenpeace. Suite à cela, un système de pondération est appliqué.

Greenpeace choisit en effet d’accorder une importance plus ou moins forte à certaines questions : c’est le cas de la problématique de l’avenir du nucléaire en France. Greenpeace – et c’est encore plus vrai depuis l’expérience du Grenelle de l’environnement - accorde une place centrale à la sortie du nucléaire comme condition sine qua non de la transition énergétique. C’est le verrou à faire sauter pour laisser la place techniquement, politiquement et économiquement aux alternatives.

De même l’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville constitue, pour Greenpeace, un marqueur fort d’un engagement sincère de sortie du nucléaire. En effet, mettre en service cet EPR, qui ne tire aucune leçon de l’expérience de Fukushima, relancerait le nucléaire pour les 60 prochaines années en France.

Cette pondération des questions permet de placer les candidats dans les différents groupes afin de donner une vision d’ensemble sur le positionnement en matière de transition énergétique.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Mis à jour : vendredi 30 mars 2012
La dynamo

· Lire les anciens numéros