La PPL en 2013, de l’idée aux premiers pas

En 2013, un travail collectif a permis à la Plateforme Paysanne Locale d’émerger. Et de remporter son premier appel d’offre laissant augurer de belles perspectives pour les circuits-courts dans la région.

La Plateforme Paysanne Locale (PPL) est une initiative qui émerge à Marseille entre 2011 et 2012.
En 2013, un groupe de professionnels sensible à la question des circuits courts, formalise le projet et propose une étude de faisabilité financée par la Région et le Conseil Général et « hébergée » à l’APEAS. Ce groupe constituera le comité de pilotage de l’étude.
Une étude qui vise à impulser la dynamique collective et collecter les données utiles à la mise en œuvre du projet. Elle débute fin février 2013 et le rapport co-ecrit sera finalisé mi-janvier 2014.

En avril 2013, une association de préfiguration pour la plate forme locale est créée, c’est l’A-PPL.

En parallèle et de manière complémentaire, les membres de l’association décident de tester l’activité en mutualisant à la fois des informations sur l’offre et la demande, le portage de l’activité et surtout en travaillant de manière très régulière en réunion pour co-construire l’outil et alimenter la dimension étude.

Quelques chiffres pour l’étude en 2013 :

  • 12 réunion du comité de pilotage
  • 3 réunions collectives, dont l’une permet de lancer l’étude, les deux autres pour lancer une réflexion sur le prix puis faire avancer et valider les propositions en matière de produits.
  • 60 enquêtes réalisées auprès de restaurants, détaillants et producteurs.
  • 20 rencontres, soit dans le cadre de bench marking et/ou de possibles partenariats, soit dans le cadre d’échanges d’informations sur les circuits courts.

Premier appel d’offre remporté !

Concernant la phase de lancement, après avoir travaillé avec les producteurs d’Aubagne, puis ceux de leurs réseaux, Terroir Bio et Epice ont pu proposer pour la Plate forme Paysanne Locale une mercuriale et un service livraison à partir de juin 2013.
L’activité s’est concentrée sur la restauration privée, avec de très bons retours et une fidélisation de certains.
Enfin à partir du mois d’août, l’ A-PPL a fourni un travail important pour répondre à l’appel d’offre de la communauté d’agglomération d’Aubagne sur les lots fruits et légumes en agriculture biologique et a obtenu une réponse positive. L’activité commencera en janvier 2014.

Le retour "qualitatif " sur cette période 

Il avait été demandé aux porteurs de l’initiative de travailler sur le projet avant de construire en collectif (lors de la première réunion ouverte aux partenaires et producteurs).

La Plateforme Paysanne Locale correspond a un vrai besoin, notamment pour les producteurs mais aussi pour les acteurs en aval qui souhaitent aller vers des produits locaux de qualité tout en gardant un aspect pratique et efficace du service.
Cette période nous a permis de mettre en lumière l’importance du temps "commercial", en particulier sur le lancement de l’activité, avec des échanges humains permettant d’avancer sur la qualité recherchée et les actions à mettre en œuvre ; les jours de tournée vont évoluer, le colisage aussi, des questions autour du stockage pour apprécier la maturité des produits sont posées...

L’hypothèse de fonctionnement est donc d’embaucher une personne en mars 2014, dans la perspective à la fois du développement opérationnel et aussi pour dynamiser sa dimension collective et travailler à l’adoption d’une charte, avec des représentants de ses utilisateurs et des partenaires souhaitant s’investir.

Pour pouvoir donner une perspective viable à l’activité locale, la PPL abordera plusieurs marchés : restaurants privés, détaillants et restauration collective avec des propositions adaptées.
La mercuriale sera composée de produits locaux (dans un rayon de 200km), pour la restauration collective composée de produits issus de l’agriculture biologique pour les restaurants privés et les détaillants, des produits spécifiques (variétés anciennes ou spécialisées) en agriculture biologique et de produits de saison pas forcément certifiés AB mais issus d’exploitations engagées dans une agriculture durable.

Mis à jour : mercredi 18 décembre 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros