La Dynamo 61 - octobre 2009


Édito

En ce 23 octobre nous sommes à 56 jours du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique. On attend des sursauts de la part des dirigeants des pays développpés pour réduire drastiquement les émissions de gazs à effet de serre (GES). La Chine et les États-Unis dégagent à eux deux 40% des GES.

Mais sur ce sujet on est bien dans ce rapport complexe de l’individu à la collectivité. Attendre de grands changements d’en haut, des Etats et des multinationales, c’est croire au père noël. Penser que des individus éclairés peuvent, en changeant leurs comportements et en manifestant, infléchir le système c’est aussi croire au père noël.

Oui ça va de mal en pis, oui ceux qui nous gouvernent ont l’air de ne rien comprendre aux urgences climatiques et écologiques, oui le capitalisme nous oppresse et nous conduit droit dans le mur. Alors que faut-il croire ? Sommes-nous à ce point prisonniers des Etats et de leurs lois injustes, des puissances économiques et de leur conditionnement sournois que nous ne puissions rien y faire ?

Pour passer à quelque chose de plus léger, en octobre les acteurs de l’ESS attendent tous ce grand rendez-vous de fin d’année, ce feu d’artifice d’initiatives solidaires, ce moment de partage où se jouent les grands enjeux de notre temps : le mois de l’ESS. J’exagère ? Un peu mais pas tant que ça. La preuve ci-dessous.

Cédric Lefebvre

PDF - 735.5 ko
Téléchargez La Dynamo 61

En images

Mis à jour : mardi 5 octobre 2010
La dynamo

· Lire les anciens numéros