Par Raymond Nebot

L’abeille : première monnaie locale en France


L'abeille - Photo de Pascal Hennequin L’abeille - Photo de Pascal Hennequin

L’association Agir pour le vivant a lancé officiellement sa monnaie complémentaire locale « l’abeille » en janvier 2010. Sa finalité est de redynamiser le commerce local, de renforcer le lien social tout en réduisant l’empreinte écologique.

C’est suite à la rencontre avec Philippe Derruder autour de son ouvrage « Rendre la création monétaire à la société civile » que Brigitte Balavoine et Françoise Lenoble ont décidé de se lancer dans ce projet. Rien n’aurait pu se faire aussi sans l’appui initial d’Hervé Ricard, gérant de la Biocoop locale qui s’intéresse depuis longtemps à la question et qui a contribué également à lancement de la MLC.

L’abeille est adossée à l’euro d’une manière paritaire : 1 abeille = 1euro. Ces abeilles sont utilisées pour payer ses achats auprès des producteurs et commerçants locaux adhérents à l’association Agir pour le vivant et ayant signés un contrat d’engagement, et une charte demandant que les achat de matières premières, soit dans la mesure de leurs possibilités, locaux, bio ou s’inscrivant dans la cette démarche.

Les producteurs et commerçants recevant des abeilles peuvent les dépenser auprès des autres professionnels adhérents et ainsi cette monnaie ne sort pas du circuit local. Au niveau de la comptabilité des professionnels, les ventes sont à déclarer comme si elles étaient réalisées en euros.

L’Abeille est une monnaie fondante : elle se dévalue de 2% tous les 6 mois et pour continuer à l’utiliser, l’on doit acheter à l’association une vignette pour une valeur de 2% du prix du billet. En ce qui concerne les professionnels, lorsqu’ils veulent échanger des Abeilles en euros, l’association perçoit 2% de la valeur de l’échange.

Tous les euros reçus par Agir pour le vivant constituent le fond de garantie du système. Ces sommes sont déposées à La NEF, établissement bancaire éthique.

La progression des adhérents à été rapide. En janvier 2010 : 10 adhérents et 9 entreprises. En décembre 2010 : 130 adhérents et 42 entreprises.

A propos de l’auteur : Raymond Nebot est membre du Sel de Mars. Il est porteur d’un projet de monnaie locale à Marseille.

Mis à jour : mardi 15 février 2011
La dynamo

· Lire les anciens numéros