Par Carlos de Freitas

Faire Mouvement


Rencontre internationale des acteurs des monnaies sociales et complémentaires le 18 février 2011 à Lyon : journée participative de rassemblement, de rencontres, d’échanges, de débats entre acteurs pluriels des Monnaies Sociales et Complémentaires (MSC).

Une Journée Acteurs des Monnaies Sociales et Complémentaires. Pourquoi ? Pour quoi ?

Les expériences de monnaies sociales et complémentaires se développent de façon significative à travers le monde.

Si ces expériences sont très variées, dans les architectures monétaires mises en place, ou dans leurs modalités de fonctionnement, nous pensons qu’elles se retrouvent confrontées à des questions similaires, en termes d’obstacles (circulation et gestion monétaire, relations avec les partenaires publics et privés, etc…) et de leviers pour leur mise en œuvre.

Nous pensons qu’il est important de renforcer l’échange et l’entraide mutuelle entre nos expériences, et ce au niveau international : les choix des uns, dans leurs contextes spécifiques, peuvent éclairer la réflexion et l’action des autres, des outils et démarches peuvent être mutualisés. Les laboratoires LEFI et Triangle, de l’Université de Lyon 2 organisent, les 16 et 17 février 2011, à Lyon, un colloque académique sur le thème « Trente années de monnaies sociales et complémentaires – et après ? ».

Ce colloque a pour objectif poser la question des monnaies sociales et complémentaires (MSC) dans l’agenda de la recherche académique, afin de faire reconnaître ce champ et augmenter sa visibilité.

En lien avec les organisateurs du colloque, l’Institut Palmas (Brésil), les associations SOL, CEDAL, la Région Rhône-Alpes et la CRESS (France), soutenus par le Grand Lyon, la Fondation Charles Leopold Mayer pour le Progrès de l’Homme et le RES Belgique, ont pensé qu’il devenait nécessaire d’organiser dans la suite au colloque, le 18 février, une journée internationale de rencontre et d’échanges entre acteurs des monnaies sociales et complémentaires afin de mettre en valeur les expertises et expériences, de les confronter à d’autres et de co-élaborer possiblement des objectifs, une circulation d’information, une mobilisation et un agenda communs.

La rencontre viendrait poursuivre et renforcer les démarches initiées par les rencontres ayant déjà eu lieu (comme, en Europe, les rencontres de Bad Honef en juillet 2004, de Nanterre en décembre 2009 , de Londres en septembre 2010) dans une perspective internationale.

Les objectifs de cette rencontre d’acteurs seraient de dégager ce qui nous réunit, nous rassemble, et de définir, si nous le considérons nécessaire, les outils et moyens d’échange, d’entraide et de visibilité commune à mettre en place ou à consolider.

Pour peser dans le débat public, les expériences de MSC ont besoin de faire mouvement et pour cela d’entrer en débat et d’échanger de manière plus régulière et plus construite.

Cette rencontre, organisée à la suite du colloque académique, permettra également de renforcer les liens entre chercheurs et praticiens dans ce domaine.

Une journée pour qui ? Avec qui ?

La journée Acteurs est ouverte à l’ensemble des praticiens des MSC quelque soit le stade de développement du projet de MSC : associations, groupes de citoyens, élus, fonctionnaires territoriaux, institutions, etc.

Mais également ouverte :

  • aux chercheurs et étudiants souhaitant sociabiliser leur connaissance des MSC ou rencontrer des acteurs avec lesquels échanger.
  • aux médias souhaitant produire de l’information autour des expériences présentes.

Les questions posées aux acteurs présents

Au travers des échanges réalisés lors des différentes rencontres nationales ou internationales avec des praticiens des MSC, nous avons identifié un certain nombre de points de convergence, des questions, défis, enjeux qui se posent aux acteurs des MSC à chaque étape de la définition, la mise en oeuvre et de l’évaluation (pour l’évolution) des systèmes de MSC.

Ainsi, définir et/ou choisir des typologies d’architectures monétaires adaptées aux contextes locaux, sensibiliser, convaincre, former l’opinion, influencer et orienter les politiques publiques et les élus, les acteurs locaux (associations, institutions, entrepreneurs, étudiants, chercheurs, etc.), construire, disposer et enrichir des outils techniques de mobilisation, de fonctionnement, etc. sont des points focaux des préoccupations des différents acteurs.

Dans le cadre de la Journée, il s’agira non pas de rentrer dans le détail des expériences, de flécher l’attention vers tel type de MSC mais bien de favoriser la mise en réseau et la mise en oeuvre des conditions et des cadres de discussion sur l’avenir des MSC.

A propos de l’auteur : Carlos de Freitas est consultant en développement durable et spécialiste de la banque Palmas au Brésil

Mis à jour : mardi 15 février 2011
La dynamo

· Lire les anciens numéros