Octobre 2013

Festival alimenterre en PACA

Pour la 7è année consécutive, le festival alimenterre propose des films documentaires traitant des enjeux agricoles et alimentaires Nord-Sud. Retrouvez ici les films visibles en PACA.

Cultures en Transition

Synopsis  : A Cuba, en Angleterre, en France, la transition culturelle est en cours vers un futur dépassant l’insécurité alimentaire et les désastres écologiques. Le film donne à voir des alternatives répondant à la triple menace du changement climatique, de la raréfaction du pétrole et des crises économiques. Les solutions sont simples, modiques et écologiques. Du balcon-potager à l’agriculture nationale, elles favorisent les économies locales, les liens de voisinage, la résistance aux chocs extérieurs et la libre diffusion des savoirs. La transition n’est pas une révolution mais une évolution, inspirée de notre histoire. C’est un projet convivial à l’opposé de l’exploitation industrielle. L’agriculture y devient la clé de voûte de la culture.

Toutes les projections de ce film en PACA : cliquer ici.

Le pain des tropiques

Synopsis : Dix mois après le séisme de janvier 2010, le film va à la rencontre des populations paysannes d’Haïti. Au fil de la fabrication de la cassave, une galette de manioc populaire, nous découvrons leur lutte quotidienne pour l’indépendance alimentaire et contre les pires ennemis de la « Perle des Antilles » : déboisement, érosion et appauvrissement des sols. Le mouvement paysan agroécologique, fort de plus de 15 000 familles, vulgarise des techniques vitales pour reverdir les collines.

Toutes les projection de ce film en PACA : cliquer ici.

Les déportés du libre-échange

Synopsis : L’Accord de Libre Échange Nord-Américain (ALENA) promettait un développement des échanges commerciaux entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, dont les bénéfices irrigueraient toute l’économie pour le bien-être général. Seize ans après, le constat est amer. L’ALENA a laminé l’agriculture mexicaine. Le Mexique a du démanteler le système qui permettait son autosuffisance. Le maïs américain, transgénique et subventionné, a inondé le pays, vendu trois fois moins cher que le « criollo » local. Trois millions de petits paysans ont rejoint les bidonvilles ou tenté leur chance comme clandestins aux Etats-Unis. La malnutrition, l’obésité et la pauvreté ont gagné du terrain.

Toutes les projection de ce film en PACA : cliquer ici.

LoveMEATender

Synopsis : Comment la viande est-elle devenue banale dans nos assiettes ? Un produit « comme les autres » ? En 2050, nous serons 9 milliards d’individus. Pour nous nourrir en viande, il faudra 36 milliards d’animaux d’élevage. Épuisement des ressources naturelles, pollution, réchauffement climatique, la terre paie le prix. L’Homme aussi : obésité, cancers, diabète, résistance aux antibiotiques.... Élevages hors sol et viandes industrielles ont provoqué une rupture dans l’équilibre entre l’Homme, l’animal et la terre. La production fermière traditionnelle intégrée demeure la réponse adaptée aux défis de la faim dans le monde. Le film explore ces enjeux en s’adressant à tous les publics et en exaltant la vie au cœur de nos assiettes.

Toutes les projection de ce film en PACA : cliquer ici.

Nouadhibou : les poissons ne font pas l’amitié

Synopsis : Dans le port de Nouadhibou, des milliers de pêcheurs artisans sont confrontés à l’épuisement des ressources et doivent prendre de plus en plus de risques pour rapporter du poisson. De gros chalutiers industriels européens capturent d’énormes quantités de poissons dans le cadre du plus gros contrat de pêche au monde. Mais un nouvel acteur apparaît, la Chine, qui séduit de plus en plus le gouvernement mauritanien, parce qu’elle réalise des investissements. Mais cela n’arrange pas les affaires des pêcheurs artisans…

Toutes les projection de ce film en PACA : cliquer ici.

Taste the waste

Synopsis : Le scénario est le même au Japon, aux États-Unis, en Allemagne, en France. La majorité des produits alimentaires partent à la poubelle avant même d’avoir atteint un rayon de supermarché. Des pommes de terre trop grosses, des tomates pas assez rouges, des concombres pas assez droits… L’enquête menée pour le documentaire révèle que 45 kilos de denrées alimentaires partent à la benne, chaque jour, dans chaque filiale. Les produits sont parfaitement consommables, mais ne correspondent pas aux normes du supermarché. L’esthétique prime sur la nutrition. Taste the waste dévoile les absurdités d’une logique économique créant la surabondance d’un côté et l’extrême pauvreté de l’autre.

Toutes les projection de ce film en PACA : cliquer ici.

Mis à jour : mardi 29 octobre 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros