Bref historique


1789 La Révolution Française abolit les corps intermédiaires entre l’individu et l’état, et la loi le Chapelier (1791) interdit les corporations, les confréries et tous types d’associations.

XIXème

L’industrialisation paupérise les classes populaires, premières crises économiques et sociales
Face à cette paupérisation, les classes laborieuses cherchent à répondre à leurs besoins, que ce soit pour s’assurer contre la maladie à travers les caisses de secours mutuel (avant que la Sécurité sociale n’existe), accéder au crédit par le biais d’organismes de crédit coopératif, se procurer certains biens essentiels (denrées alimentaire, vêtements) par la création de coopératives de consommateurs, ou s’organiser en groupements de producteurs.
Les initiatives et les idées émergent entre coopérativisme (« La République coopérative » de Charles Gide), collectivisme libéral et autogestionnaire (Proudhon), socialisme utopique (St Simon, Fourier) et christianisme social (Le Play).
C’est ainsi que naît l’associationnisme et que l’idée d’économie sociale apparaît :
Le terme d’économie sociale apparaît pour la première fois lorsque Charles Dunoyer publie en 1830 le « Nouveau traité d’Economie Sociale ». Le Play développe l’utilisation du terme en fondant une société et une revue du même nom (1856)
1864 : suppression du délit de coalition
1885 : création de la première fédération française des coopératives de consommation
1898 : adoption de la charte de la mutualité

En 1900, à l’Exposition Universelle, le « Palais de l’économie sociale » abrite 4500 exposants. La notion glisse du champ intellectuel vers le champ économique concret.
1901 : liberté d’association

Après guerre 39 - 45
Emergence d’organisation de l’économie sociale notamment au sein des mouvements de l’éducation populaire
1953 Création de L’Association Emmaüs

Fin des années 60
Mouvance de la contre culture (culture autogestionnaire, communauté rurale, lutte antimilitariste, féminisme), naissance d’un militantisme de terrain : utilité sociale, autogestion, écologie, développement local, « vivre et travailler autrement au pays ».
Naissance du commerce équitable à l’initiative d’ONG en Angleterre et aux Pays Bas

1970

Premier rapprochement des acteurs du secteur s’opère entre coopératives et mutuelles, rapprochement élargi en 1976 aux associations pour créer le Comité National de Liaison des Activités Mutualistes, Coopératives et Associatives (le CNLAMCA).
1975 Début du mouvement de l’insertion par l’activité économique (création des premières entreprises intermédiaires).
1974 Première boutique du commerce équitable à Paris d’Artisan du Monde

1980

Charte de l’économie sociale, apparition des Systèmes d’échanges Locaux (SEL)
1981 Création d’un mouvement militant l’Aldéa (Agence de liaison pour le développement d’une économie alternative),
Création de la délégation interministérielle à l’économie sociale sous Pierre MAUROY, et reconnaissance légale, par décret, de l’alliance des trois familles associations, coopératives et mutuelles sous le terme économie sociale
1983 Création des Clubs d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire (Cigales) : naissance de l’économie alternative & solidaire.
Création par regroupement des CRES dans chaque région
Naissance de l’Institut de développement de l’économie sociale
1984 Création d’un secrétariat d’état à l’économie sociale de Jean GATEL sous Laurent Fabius (fin en 1986)
1985 Création d’un mouvement militant Solidarité Emploi qui œuvre à mobiliser la société civile pour lutter contre le chômage grandissant (de 81 à 84 la population active au chômage passe de 7,4 à 10,2% et le nombre de chômeurs de longue durée double de 81 à 86)
1989 Contre sommet du G7 à Paris : début de alter mondialisme (diffusion plus large d’un concept et de pratiques de l’économie solidaire)

Années 90

Apparition du terme d’économie solidaire.
1991 Création du Réseau d’Economie Alternative et Solidaire (Reas) fondé par l’Aldéa et Solidarité Emploi. Cette coopérative regroupe de nombreux militants : particuliers, associations, entreprises qui luttent pour un monde plus solidaire.
1998 Fin du Reas et naissance de plusieurs réseaux régionaux dont l’Apeas, l’Ardes (Basse-Normandie), Piteas (Touraine), l’Apes (Nord-Pas-De-Calais)...

Années 2000

Création de la délégation à l’économie solidaire de Guy Hascouet sous Jospin
Création du Réseau des Territoires de l’Economie Solidaire
2001 Création des Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif et création du Conseil des entreprises et des groupements de l’économie sociale (Ceges)
2002 Charte européenne de l’Economie Sociale
2005 Menaces de disparition de la Délégation Interministérielle à l’économie sociale
2006 L’AFNOR publie le premier texte de référence à l’échelon national : les trois principes du commerce équitable

Mis à jour : lundi 12 juillet 2010
La dynamo

· Lire les anciens numéros