Biennale des écritures du réel - Conférence de Bernard Stiegler "Pour une économie de la contribution"


  • Du 14 mars 2012 00:00 au 7 avril 2012 23:30 - Marseille (13)

14 mars au 7 avril 2012

Un autre temps du faire et du voir

Aujourd’hui, des artistes de plus en plus nombreux choisissent de se confronter au réel, éprouvant le besoin de construire une autre relation au monde et aux autres, de déplacer les rapports de maîtrise qui les lient habituellement à leurs sujets. L’artiste n’est plus là seul propriétaire des écritures qui s’inventent, mais essaie de faire naître avec l’autre, face à l’autre, un espace de récits communs.

Cette biennale nous plonge au coeur de ces gestes artistiques, de leur diversité, de comment ils traversent le théâtre, la littérature, le cinéma.... Avec au fil des propositions : des tables rondes et des rencontres, et l’invitation de philosophes à dérouler leurs pensées. Car il s’agit aussi de questionner le présent mouvement à l’oeuvre, et la société dans laquelle il s’inscrit, d’engager de nouveaux dialogues entre le monde des arts, de la recherche et la société civile.

C’est avec les contributions, la collaboration de nombreux partenaires que se crée, à Marseille et en région, cette manifestation inédite, qui appelle à d’autres échanges avec les publics.

Lecture récit Le(s) Visage(s) de Franck Cie L’individu

Le mardi 27 mars à 19h à l’Espace Julien (50’)

« Partir en écriture. Écrire la crise. La mettre en mot/en jeu. Depuis le point de départ (la commande de la Cité d’un texte autour de la crise économique), en passant par la rencontre avec Fayçal, François-Dominique, Lionel, Julien et Abdelkarim (à qui j’ai ouvert les portes de ma cuisine d’auteur dramatique), le thème s’est resserré sur celui du travail et a fait naître l’expression d’un cri. Cri(se) de Franck... Un premier texte est né de ce travail, de nos échanges. Aujourd’hui, à l’heure où j’écris, ce dernier est encore en chantier : chacun travaille à le tirer vers lui, de l’intérieur, à en être l’auteur, essaye de le définir de manière personnelle. L’écriture se partage et s’invente en contact avec notre présent et tous ensemble. Ce cri polyphonique sera porté par ces cinq personnes qui ne seront pas payées pour le dire. Il n’y aura pas de masque professionnel. Il n’y aura pas de théâtre amateur. Le seul "masque persona" sera celui de Franck, personnage fictionnel, à travers qui nous parlerons. Il sera le masque social qui respectera notre pudeur. Pour le reste, nous y mettrons de nous. » Charles-Eric Petit (metteur en scène)

NB : A la question "Quand vous criez, qu’est-ce que ça veut dire ?", Brel répond : "J’ai mal. Tout le monde, quand il crie, a mal. Ou alors pour vendre les journaux et c’est qu’il a faim. Tous les cris sont de la douleur… "

Ecriture et mise en récit : Charles-Eric Petit / Direction d’acteurs : Franck Gazal / Création son : Joseph Amerveil / Création Lumière : Yann Loric / Jeu : Abdelkarim Douima, Fayçal Benzine, François-Dominique Blin, Julien Gourdin, Lionel Dian / Co-production La Cité, la Cie l’Individu avec le soutien du CUCS Tout Marseille et de la Fondation de France.

Réservations : Espace Julien www.espace-julien.com Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence de Bernard Stiegler "Pour une économie de la contribution"

Le mardi 27 mars à 20h30 à L’Espace Julien

Bernard Stiegler, est né en 1952, sa réflexion philosophique est axée sur les enjeux des mutations actuelles – sociales, politiques, économiques, psychologiques – portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques. Depuis 2006, Bernard Stiegler dirige l’Institut de Recherche et d’innovation (IRI) au sein du Centre Georges Pompidou, institut créé à son initiative en avril 2006. Il est l’initiateur du groupe de réflexion philosophique Ars Industrialis (« Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit ») dont il est le président.

Mis à jour : lundi 27 février 2012
La dynamo

· Lire les anciens numéros