Septembre 2013

Adèle, épicerie paysanne de proximité à Marseille

En 2010 à Marseille ouvrait l’épicerie paysanne de quartier portée par l’association Filière Paysanne. 3 ans plus tard, sa petite sœur portée par l’association Adèle vient de voir le jour au 51 boulevard Chave dans le 5è arrondissement.

Consommer autrement

L’épicerie paysanne de quartier c’est avant tout une réponse à un besoin : nous sommes nombreux à interroger nos modes de consommation mais les solutions en milieu urbain manquent parfois ou sont inadaptées. Avec l’épicerie paysanne d’Adèle, Sylvie qui habite en bas du boulevard Chave, sait qu’elle peut s’y arrêter en rentrant du travail pour acheter poivrons, courges et melons produits localement et distribués dans un esprit solidaire. Car c’est bien de cela dont il s’agit : proposer au plus grand nombre des fruits et légumes certifiés bio ou en agriculture raisonnée issus de la production du département des Bouches-du-Rhône ou des départements limitrophes. Et pour compléter l’offre, on trouve dans la petite boutique des produits issus du commerce équitable (café, chocolat, thé...) distribués par Epice, des fromages venus des Alpes provençales acheminés par Terroir Bio, du pain biologique et un accueil chaleureux. Et tout cela à des tarifs raisonnables, pensés pour être accessible et éviter de tomber dans l’épicerie fine destinée à une clientèle aisée.

Côté producteurs, l’épicerie paysanne de quartier est la garantie d’un revenu équitable sans avoir à assurer eux-même la vente. Les grands médias auraient résumé le constat par leur expression favorite du moment, « un contrat gagnant-gagnant » sur toute la chaîne. Nous dirons plus simplement que tel est l’esprit de l’économie solidaire.

Faire autrement

L’épicerie Adèle, ce n’est pas qu’une alternative à la consommation traditionnelle, c’est aussi une autre manière de faire. Avant d’ouvrir les portes d’Adèle, Agnès Janin, à l’origine du projet, est allée à la rencontre des habitants du quartier armée d’un questionnaire et de sa bonne humeur. Elle a pu dialoguer avec les habitants, les sensibiliser au projet, mieux connaître leurs attentes pour adapter sa réponse, en impliquer certains qui sont depuis devenus des bénévoles actifs de l’association. Le projet s’est donc construit avec et non pas seulement pour.

Une inauguration en fanfare

Une épicerie paysanne de quartier c’est également un fonctionnement associatif impliquant un collectif avec des administrateurs, des salariés, des bénévoles et des consommateurs qui sont régulièrement appelés à participer à la vie de l’association. Adèle est également un carrefour où se croisent de nombreux réseaux amis : ADEAR, Filière Paysanne, Apeas entre autres.
C’est enfin un espace de sensibilisation aux enjeux de l’agriculture paysanne, la défense des terres fertiles, la consommation responsable. Des actions sont proposées aux structures d’éducation et d’animation du quartier. Sur place, des fiches producteurs racontent d’où viennent les produits et selon quelles méthodes ils sont cultivés. L’esprit de la transparence est bien là !

Un succès immédiat

Depuis le 27 août 2013, jour de son ouverture au public, Adèle ne désemplit pas, preuve qu’un tel lieu était attendu. Dans la boutique, on croise des clients dont les modes de consommation étaient déjà responsables mais aussi des habitants du quartier de toutes les générations venus en curieux et visiblement ravis du lieu et des produits qu’ils découvrent.

Côté salariés, l’équipe s’étoffe pour répondre à la demande. On compte désormais 5 emplois chez Adèle dont 2 contrats aidés et ce, seulement 3 semaines après l’ouverture.

S’il fallait une preuve, Adèle est là pour montrer que l’économie de proximité génère non seulement du lien social mais aussi des emplois.

Plus d’infos :
Epicerie Paysanne ADELE
51, bd Chave 13005 Marseille
09 73 17 00 56
adele.marseille@gmail.com
http://adelemarseille.blogspot.fr/
https://www.facebook.com/pages/Epicerie-Paysanne-ADELE/290333241111339

Mis à jour : mardi 24 septembre 2013
La dynamo

· Lire les anciens numéros