Le poids de la légalité immorale


L’auteur russe Léon Tolstoï (1828-1910) a écrit : « Un homme qui ne craint rien et qui est prêt à donner sa vie pour une cause juste est plus fort qu’un homme craint par les autres et qui tient entre ses mains le destin d’autres êtres humains ».

Le poète allemand Friedrich von Schiller (1759 – 1805) : « celui qui ne joue pas sa vie n’en gagnera jamais le prix ! ».

Le philosophe français René Descartes (1596-1650) : « Ainsi les plus généreux ont coutume d’être les plus humbles ».

C’est aujourd’hui que le phœnix prend son envol. Parce qu’il ne donne pas sa vie à contre cœur, il développe la force qui lui permet d’échapper à l’attraction terrestre. Les yeux fixés sur le soleil, il ne craint rien, il ne redoute rien. Chaque instant peut être le dernier, il vole libre au firmament. Et lorsqu’il renaît de ces cendres, c’est pour se déplacer dans l’air d’une terre pacifiée.

Un trait de corde sépare la destruction de la vie de sa protection. Il y a celui qui sacrifie les autres par souci de sa propre tranquillité. Avec bonne conscience, il fait peser sur son subordonné le poids de la légalité immorale. Pourtant, il s’agit bien de cupidité, d’égoïsme et de bêtise à l’origine de pauvretés, de famines, de guerres et de pollutions.
De l’autre coté, il y a les combattants aux cœurs forts de la dynamique culturelle et sociétale. Ils ont les plus puissantes armes du monde ; la philosophie et de bienveillance. L‘unité est leurs projet de société.

Les publications de l’Apeas, dont La Dynamo, ou le film Bonheur national brut de Fokus 21, témoignent de cet esprit de don et de solidarité populaire qui réinvente le travail et l’activité en général.

Liberté, liberté chérie !
Par manque de courage ou par négligence je peux te perdre de vue.
Mais jamais, je n’oublierai l’endroit ou tu résides.

Merci de votre attention

On en reparle bientôt, si vous le voulez bien !
Total respect,
Gillou

Mis à jour : vendredi 18 décembre 2009
La dynamo

· Lire les anciens numéros